1914 – 1918 L’épuration républicaine

Après le populicide de la révolution, ses horreurs, ses tanneries de peaux humaines et ses déportations, les massacres et les souffrances des ouvriers, le Camp de Conlie, la Commune, le désastre de 1870, arrive la guerre de 1914-1918, bref sept invasions du territoire avec 1940 allaient suivre. Ouvrons la ténébreuse page continuant l’épuration républicaine En présence de la déformation historique à laquelle nous assistons quotidiennement, il est bon et utile de rappeler que la République en France est le régime le plus inhumain, le plus meurtrier, le plus sanglant de notre histoire. Il a été en même temps le plus ingrat, le plus inique et le plus odieux envers ses combattants et fidèles. Ce régime n’hésita pas à sacrifier inutilement les patriotes, ainsi que leurs femmes (devant être brûlés dans les fours…), comme en Vendée, par opportunité !!! En 1912, nos dirigeants savaient qu’ils allaient engager la France dans une grande guerre. Mais, les élections approchant, ils s’efforçaient de tromper l’opinion publique. Sans entrer dans un quelconque débat idéologique mais les évènements des Inventaires contre les catholiques, purgeant l’armée d’officiers écartés par religion et l’Affaire Dreyfus affaiblissant nos services de renseignement et encore l’armée permirent à l’Allemagne d’avoir la supériorité sur notre pauvre pays déjà bien affaibli. 1914 c’est la Mobilisation Générale.

Dès les premiers jours de la guerre, la France paysanne fut atteinte de plein fouet par cet appel aux armes. Aussitôt la déclaration de guerre, 30 % de la population active masculine est retirée en quelques jours des usines et des champs. Sur les 5 200 000 actifs masculins c’est entre 1 500 000 et 2 millions qui quittent leurs fermes et cela dans les premiers jours du mois d’août, en pleine moisson.

On se demande d’ailleurs pourquoi le gouvernement républicain procédait si soudainement à cette « levée en masse » puisque par ailleurs il croyait, comme la plupart des têtes pensantes de l’époque, que le conflit ne durerait que quelques mois.

Il faut voir, dans l’improvisation et le désordre qui marquèrent les premiers jours de la Grande Guerre , à la fois l’impéritie et l’incapacité du personnel politique républicain (à l’instar des « grands ancêtres» faisant face 122 ans plus tôt dans la plus complète anarchie aux conflits qu’ils avaient eux-mêmes provoquée) et l’influence des idéologies contradictoires secrétées par l’esprit révolutionnaire et démocratique : d’une part le pseudo-patriotisme jacobin sacrifiant criminellement toute la jeunesse du pays au nom de la « Nation en armes», d’autre part un pacifisme humanitaire, vague et utopique, inspirant au gouvernement de la IIIe République l’ordre absurde de faire reculer les armées françaises de 10 km en-deçà de la frontière pour prouver au monde la volonté pacifique de la France !

 

 

N’oublions pas aussi que lors des premiers mois de la guerre, l’équipement du soldat français, était constitué entre-autre d’un simple képi et d’un pantalon rouge garance datant de la fin du XIXème siècle, cela maintenu par la volonté des députés républicains en souvenir des grandes heures de la Révolution… La cavalerie chargeait les lignes ennemis à cheval le sabre au clair, alors qu’en face les Allemands avaient déjà des tenues camouflées, un casque et des mitrailleuses, positionnées en premières lignes, alors que nous y mettions notre infanterie ? Voilà qui en dit long sur le déclin des élites militaires françaises depuis la fin de l’Ancien Régime et les épopées Napoléoniennes, qui avaient largement profités des avancées technologiques et de l’armée professionnelle de nos rois. Les allemands profitèrent, par leurs observateurs, des avancées modernes dans la guerre civile moderne qui terrassa l’Amérique de 1861 à 1865, la guerre de Sécession. Nous n’aborderont pas ni les scandales incessants ni l’instabilité de l’Etat républicain, ni l’argent de l’Allemagne soudoyant les journaux républicains afin d’empêcher tout retour monarchique en France…

« Partis pour Berlin la fleur au fusil » et dans le plus complet désordre, les paysans français furent rapidement victimes d’un des plus grands massacre du XXème siècle qui se révèlera particulièrement riche en la matière. En 1918, après quatre ans de furieuses batailles et d’atroces boucheries, 3 millions de paysans sont mobilisés, soit 60% du recensement de 1910 et, quand le 11 novembre 1918, survint l’armistice, il y avait un million et demi de morts et d’innombrables blessés et estropiés à vie.

Comme l’écrivit Henri Servien dans sa Petite histoire de France : « On peut labourer les friches et reconstruire mais les pertes humaines sont irréparables. Toute une génération ardente et généreuse, une jeunesse d’élite était disparue. Elle ne fut pas remplacée et l’élan du pays fut brisé. »

Car le problème était bien là ! A l’époque des Rois, il n’y avait pas de mobilisation générale. Au Moyen-Âge seul les nobles et les seigneurs avaient le droit de faire la Guerre. Plus tard c’est un système de recrutement dans les campagnes qui permit de grossir les rangs des régiments en fonction des besoins de l’armée. Le paysan avait le choix d’aller se battre ou non. Avec l’arrivé de la république, c’est la conscription qui règne, de 18 à 60 ans, on peut être envoyé à la mort, depuis la fameuse levée en masse des 300 000 hommes en 1793, contre lequel s’était insurgée la Vendée et quand on a plus d’homme on mobilise les adolescents comme le fera Napoléon avec ses « Marie-Louise » qui seront décimé à Leipzig !

Anatole France dénonçait lui-même ce système en ces termes : « La honte des républiques et des empires, le crime des crimes sera toujours d’avoir tiré un paysan de la paix doré de ses champs et de sa charrue et de l’avoir enfermé entre les murs d’une caserne pour lui apprendre à tuer un homme »

Ces guerres souvent plus idéologiques qu’utiles coutèrent sept invasions de plus en plus ruineuses et déchirantes. Seule la période monarchique, qui va de 1815 à 1848, représentait une période de paix et de libération en supprimant le service militaire obligatoire. A part cette transition, la république n’apportait que guerres et luttes civiles…

C’est donc au nom de la Liberté et des Droits de l’Homme, que le français de 1914 avait perdu sa liberté d’aller ou de ne pas aller à la guerre !

Les républicains proclamèrent « l’union sacrée » afin d’exiger de la part des opposants politiques de ne plus attaquer la république durant la guerre et d’observer un comportement neutre face au gouvernement. Charles Maurras, leader du mouvement royaliste et nationaliste « l’Action française » acceptera cette union sacrée qu’il qualifiera de « compromis nationaliste ». L’avenir donnera malheureusement tort à cette décision. Les monarchistes français servirent la République dont le but était la destruction de la monarchie Autrichienne et de plus, mourraient héroïquement en première ligne, quelle victoire pour la République ! L’historien Pierre Bécat mit en évidence l’escroquerie de cette union sacrée en rappelant cet épisode :

Le ministre Viviani s’écriait : «Tous les réactionnaires se font tuer», et Géraud Richard ami du futur ministre de l’Armement Albert Thomas répondait : « Pendant ce temps nous bourrons de copains toutes les administrations ». Tel était l’état d’esprit des dirigeants de la république.

En 1917, il y eut des mutineries. De véritables héros, oui nous disons bien des héros, ont été fusillés, voici dans quelles conditions. On les envoyait à l’attaque, après leur avoir promis une permission. Ils en revenaient après avoir perdu leurs copains et la promesse était oubliée. Il fallait recommencer le lendemain, et puis encore les jours suivants, inlassablement envoyer les maris, les fils, les frères, les cousins et les oncles au carnage. Toujours nos fantassins face aux mitrailleuses allemandes, canons chargés à mitraille et gaz destructeurs qui se régalaient. Charger continuellement, inutilement sous le commandement quelquefois de généraux stupides, comme par une volonté de faire disparaître le peuple de France dans un déluge de feu. Finalement, les malheureux survivants, voyant que miséricorde se perdait et qu’on se moquait d’eux, se mutinèrent.

Les Clemenceau, dont Daudet disait qu’il était « Un calcul biliaire sculpté dans une tête de mort » et autres complices s’étaient fait la main jadis contre les ouvriers, à Villeneuve-Saint-Georges, Draveil-Vigneux et la fusillade des viticulteurs à Narbonne en 1907. Quelques poilus de plus ou de moins ne pesaient pas lourd à cette époque. « Je fais la guerre, je fais toujours la guerre », disait Clémenceau le 8 mars 1918 à la tribune de l’Assemblée, pour résumer son jusqu’au-boutisme. Et pendant qu’il « faisait la guerre » les poilus eux se faisaient massacrer au front dans la fureur des combats, sous un déluge de feu de sang en affrontant le froid.

C’est en 1917 également, que le nouvel empereur, Charles d’Autriche, fit des offres de paix séparée à la France. Le Prince Sixte de Bourbon, qui avait servi d’intermédiaire, a publié, à ce sujet, tout un ouvrage : L’Offre de Paix séparée de l’Autriche, avec deux lettres autographes de l’Empereur et une du Comte Czernin. C’était une occasion inespérée d’arrêter la tuerie, de récupérer nos anciennes provinces, d’en finir avec la domination prussienne et d’en revenir à une ère de paix équilibrée, grâce à l’accord franco-autrichien. Mais l’Autriche était catholique. II fallait donc sauver un Etat protestant. Dans les salons de la Béchellerie, le vieux Rapport disait (v. livre cité) : «…L’Allemagne ne sera pas battue, elle ne peut pas l’être, sa défaite marquerait une régression de l’esprit humain. Songez, le pays de Kant, de Fichte, de Schopenhauer. » Si les poilus avaient su qu’ils faisaient la guerre pour cela !… Et ce fut dans ces conditions que la République fit massacrer un million d’hommes de plus, pour en arriver à perdre la paix et, par le Traité de Versailles, à jeter les bases d’une nouvelle guerre. Depuis la plus haute antiquité, il n’y a pas de régime au monde qui ait fait massacrer autant d’hommes que les Républiques en France. Aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Lorsque les Spartiates en danger avaient fait appel aux Ilotes, ils ne se comportaient pas plus ignominieusement envers eux que l’on fait les Républiques avec les combattants de la grande guerre. Dans un numéro de cette remarquable publication qu’est «le Touring Club de France», Yvan Christ a décrit «Les Invalides», créées par Louis XIV pour des anciens combattants qui n’étaient, à cette époque-là, que des mercenaires, et que l’on traitait avec mille fois plus d’égards que les Anciens combattants d’aujourd’hui. L’humanité des rois de France était telle, que Louis XV, fut après Fontenoy plébiscité comme grand humaniste européen grâce au fait qu’il fit soigner avec grande attention tous les blessés ennemis, jusqu’à mettre à disposition son propre médecin…

De 1914 à 1919, la république a traité les blessés comme s’ils étaient pis que des galériens. Des boiteux, des blessés de la face, du ventre, des trépanés étaient brutalement renvoyés au front et s’entendaient dire : « Quand vous y serez, vous vous ferez évacuer.» Il fallait des hommes ! Des prisonniers à leur tour passèrent en conseil de guerre, comme étant suspects de s’être rendus. De 1919 à 1940, et même ultérieurement, les blessés de guerre ont été traités comme du bétail. Nombreux sont ceux qui ont été dépouillés au passage de certificats d’origine de blessure ou d’autres pièces qu’ils n’ont pu récupérer. On leur marchande un pourcentage d’invalidité comme un morceau de sucre en temps de disette.

De grands blessés, qui traînent leur misère depuis plus de cinquante ans, n’ont même pas et n’auront jamais la Légion d’honneur réservée à des chanteurs, banquiers, comiques ou serviteurs du régime…On se demande ce que penserait Louis XIV qui avait créé les Invalides pour ces soldats mercenaires. Et Napoléon pour qui la Légion d’honneur devait récompenser surtout les faits de guerre…C’est bien en véritables ilotes que la République a transformé ses combattants. Quant à ceux de la guerre de 1914, elle a attendu ce jour fatidique où ils ont tous disparu, pour entamer son hypocrite mascarade d’hommage au centenaire de la Grande Guerre, en cette année 2014. Mais arrêtons-nous un instant, pensons à la vie que fut celle de tous ceux qui survécurent, handicapés ou non, ne pouvant retrouver les fonctions d’avant le conflit et pensant chaque nuit à leur copains râlant dans les tranchées embouées ou mourant ignorés de tous, abandonnés. Demandez-vous, ce que fut la vie de ces femmes, mères ou épouses, sœurs ou fiancée devant l’attente interminable des portraits et photos. Elles devaient trouver le temps long devant l’échelonnement des minutes et des heures défilant avant un retour éventuel ou l’horrible nouvelle. Et toutes celles qui resteront seules à jamais, blessés jusqu’au plus profond d’elles-mêmes devant l’indifférence d’un système qui n’a rien d’humain, puisque bâti sur le sang… Et toutes celles qui attendront des nouvelles qui n’arriveront jamais car nombreux seront disparus tout simplement…

Demain il y aura très certainement de futures guerres à mener car ainsi vont les hommes, et l’histoire de notre pays nous le prouve. Alors il ne tient qu’à nous de ne pas tomber dans le panneau. Ce jour-là, c’est la république qu’il faudra combattre et surtout ne plus commettre l’erreur de la confondre avec la France. Il n’y a pas de régime idéal mais seulement des gouvernements plus humains. Il ne tient qu’à vous de découvrir comment vivaient nos ancêtres afin de comprendre combien la révolution et la république vous a menti. Le règne de l’usure et de l’argent dirige la république aux ordres du nouvel ordre mondial, libérez-vous et brisez vos chaînes. Ouvrez les archives, textes, élections, guildes, contrats, droits corporatifs d’avant 1789 et vous comprendrez que seul un Roi peut être humain…

Notre jour viendra

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share