Tous les articles par 13P11

Israël/ « Tsahal » : des images qui tuent!!

Israël/ "Tsahal" : des images qui tuent!! (vidéo)

IRIB-La chaine Al Aqssa, liée à la Résistance palestinienne vient de publier pour la seconde fois en l’espace de 48 heures , une vidéo tournée par les commandos de la Résistance en pleine mission au coeur d’Israël. la première vidéo mettait en scène la totalité de l’opération commando marine palestinienne contre la base militaire Zikim dont l’armée sioniste n’avait publiée que la version censurée. cette seconde vidéo, qui constitue le Continuer la lecture de Israël/ « Tsahal » : des images qui tuent!!
Share

Plus de 80 % des victimes du « djihadisme » sont des musulmans

Il est des statistiques édifiantes et par trop dérangeantes, éclairant les ravages du « Djidhadisme » d’un jour particulier, que notre caste politico-médiatique passe à la trappe consciencieusement, préférant en l’occurrence l’opacité de la désinformation à la lumière de la vérité.

Continuer la lecture de Plus de 80 % des victimes du « djihadisme » sont des musulmans

Share

Prêt russe au FN : l’intermédiaire se définit comme un « judéo-chrétien sioniste »

INFO PANAMZA. À l’origine du prêt controversé d’une banque russe au Front national, l’eurodéputé Jean-Luc Schaffhauser revendique être un « ami d’Israël, seul pays démocratique de cette zone ».

Jean-Jacques Bourdin est un homme -visiblement- scandalisé.

Continuer la lecture de Prêt russe au FN : l’intermédiaire se définit comme un « judéo-chrétien sioniste »

Share

L’Arabie accueille un centre d’entraînement de rebelles syriens

« L’Arabie saoudite a accepté d’accueillir un centre d’entraînement des groupes armés, actifs en Syrie, et c’est ainsi qu’elle prête main-forte à la Coalition anti-Daech, dirigée par les Etats-Unis », a déclaré vendredi le porte-parole de la Maison Blanche.

Continuer la lecture de L’Arabie accueille un centre d’entraînement de rebelles syriens

Share

Oradour-sur-Glane : la contre-enquête de Vincent Reynouard

Suite à l’abandon des charges contre un soldat allemand présent le jour du drame d’Oradour-sur-Glane par la justice allemande et relayée à outrance par la presse mainstream, nous vous invitons à vous pencher sur l’analyse des faits et des documents par Vincent Reynouard sur la prétendue vérité avancée par le camp vainqueur et aussitôt encensée comme thèse irréfutable par le propagandiste Fernand Nathan.

Pour avoir contesté le dogme sur les événements d’Oradour-sur-Glane, la cour d’appel de Limoges a condamné Vincent Reynouard en juin 2004 à vingt-quatre mois de prison, dont six ferme, pour apologie de crimes de guerre, en raison de la réalisation et de la diffusion d’une cassette vidéo intitulée Tragédie d’Oradour-sur-Glane : 50 ans de mensonges officiels. La Cour de cassation a cassé cet arrêt, les faits reprochés ne constituant pas une apologie de crimes de guerre, mais une contestation de crimes de guerre, laquelle n’est pas réprimée par la loi.

Le combat continue…

Share

Études Rebatiennes

rebatet

Peu de gens connaissent Lucien Rebatet, et c’est bien dommage. Mais ce n’est pas de votre faute, l’histoire en a décidé ainsi, en le jetant dans ses oubliettes pour sa « collaboration avec l’occupant », pendant la période matrice de tout ce qui a lieu aujourd’hui : 1939-1945 (pour être vulgaire).

S’étant fait connaître du public à l’époque pour ses critiques musicales et cinématographiques au journal nationaliste et monarchiste L’Action française à partir de 1929, sous les pseudonymes de François Vinteuil puis de François Vinneuil, il le quitte pour rejoindre Je suis partout en 1932, où il pourra exprimer et affirmer sa pensée politique.

En 1937, il sera un des nombreux qui vont accueillir avec un grand enthousiasme le pamphlet de Louis-Ferdinand Céline : Bagatelle pour un massacre.

En 1942, il publie sous l’occupation un ouvrage de plus de 600 pages, Les Décombres (disponible en PDF), qui au-delà d’être un simple pamphlet antisémite comme il est systématiquement présenté de nos jours, se révèle être un document historique d’une grande importance et d’une grande complexité. On y apprend à quel point les juifs étaient présents autour du gouvernement de Vichy, par exemple. L’ouvrage a été tiré sur du papier de guerre de très mauvaise qualité, ce qui explique l’état déplorable dans lequel sont aujourd’hui les quelques exemplaires qu’on peut retrouver et qui n’ont pas été protégés par une reliure cartonnée. En effet, le livre fut tant demandé qu’on n’avait plus assez de papier dans Paris pour l’imprimer en quantité suffisante. 65 000 tirages verront tout de même le jour. À l’heure actuelle, le pamphlet en édition originale est trouvable à partir de 50/60 euros pour les moins bien conservés, et les prix montent jusqu’à 300/400/500 euros pour les exemplaires dédicacés. Voire plus cher encore selon le dédicataire, mais c’est un détail qui n’intéressera que les collectionneurs. Une réédition du livre épuré de quasiment sa moitié sous le nom de Mémoires d’un fasciste est disponible aujourd’hui.

rebatet 2Car oui, Lucien Rebatet était un fasciste, et ne s’en est jamais caché. Jusqu’à sa mort, il a assumé sa pensée. Il fait partie de l’équipe (écrivains, penseurs, politiques, etc.) qui a fuit en 1944 au château de Sigmaringen, en Allemagne, où il commence à écrire un des romans les moins connus et un des plus somptueux du 20e siècle, selon de très nombreux initiés : Les Deux Étendards. Condamné à mort en 1946, avec Pierre-Antoine Cousteau, collègue du journal Je suis partout et frère aîné du célèbre commandant Cousteau, il grava sur les murs de sa cellule cette phrase célèbre extraite de Le Rouge et le Noir de Stendhal : « Je ne vois que la condamnation à mort qui distingue un homme. C’est la seule chose qui ne s’achète pas ». Il furent tous deux graciés en 1947 après l’élection de Vincent Auriol, et la condamnation se transforma en travaux forcés à perpétuité. Robert Brasillach, également collègue des deux hommes à Je suis partout, n’a pas eu cette chance, et a payé de sa vie ses écrits sous l’occupation. Ses derniers mots, avant que les balles le traversent, furent : « Vive la France ! »

Lucien Rebatet passa au total huit années en prison où il écrira Dialogues de vaincus avec son camarade Cousteau, puis Les Deux Étendards, publié alors qu’il est toujours enfermé. La légende voudrait que ce soit le boulanger de l’établissement pénitentiaire qui sortait les brouillons. Il est libéré un an après, le 16 Juillet 1952, et il continua d’écrire. Deux romans suivront : Les Épis murs et Margot l’enragée (ce dernier non publié car il n’en était pas satisfait), ainsi qu’Une Histoire de la musique, publié en 1969, qui bien qu’empreinte d’une grande subjectivité, est reconnue pour être un recueil des plus pointus et des plus pertinents sur le sujet, encore aujourd’hui. Lucien Rebatet meurt le 24 août 1972 à l’âge de 68 ans. Fidèle à sa pensée, et ce malgré toutes les années de vie qu’elle lui a coûté, il ne renia jamais ses opinions fascistes.


Lucien Rebatet est une figure incontournable d’une des périodes rendues célèbres dans l’histoire du monde, tant par sa mythification que par son impact sur notre vie d’aujourd’hui. Il ne s’agit pas de cautionner ses actes et propos, mais plutôt de comprendre l’Histoire :

Share

Paroles de l’Imam Hussein

la-marched-e-karbala-02[1]

-Je ne vois en la mort qu’un bonheur et en la vie parmi les injustes qu’une angoisse.

-Les gens sont les esclaves de cette vie alors qu’ils tâtent à peine la religion. Ils continuent à garder cette dernière tant qu’elle leur rapporte du bien, mais dés qu’ils sont touchés par l’épreuve, les religieux deviennent rares. -Si vous n’arrivez pas à être de bons croyants alors au moins soyez des hommes libres. Continuer la lecture de Paroles de l’Imam Hussein

Share

9 000 milliards de dollars volatilisés à la FED et toujours pas retrouvés

Le 5 mai 2009, Alan Grayson, démocrate et membre du Congrès américain, questionne Élisabeth Coleman, inspectrice générale à la Réserve fédérale des États-Unis (FED), au sujet de la disparation de plus 9 000 000 000 000 de dollars.

Durant cette audition auprès des membres du Congrès, le bouc-émissaire envoyé par le consortium de banksters qu’est la FED évitera soigneusement de répondre aux questions, quitte à friser le ridicule. Une affaire qui à ce jour n’a jamais été élucidée et que la presse à bétail ne risque pas de nous rappeler.

https://www.youtube.com/watch?v=ENQv6_snd3o
Share