Bataille d’Idleb : 200 drones pour le Nosra, les Casques blancs changent le lieu de l’attaque chimique

Dernières évolutions dans la province d’Idleb où les groupes terroristes font preuve d’une activité immense qui devrait en principe empêcher l’opération militaire de l’armée syrienne : des drones sont transférés vers un centre du front al-Nosra, branche d’Al-Qaïda en Syrie alors que les Casques blancs semblent avoir changé le lieu où ils vont perpétrer leur attaque chimique destinée à justifier une intervention occidentale.

Selon l’agence de presse russe Sputnik, les groupes terroristes en Syrie ont transféré quelque 200 drones dans un grand camion le jeudi 30 août depuis la région de Sarmada dans la banlieue d’Idlib vers le siège de Hayat Tahrir al-Cham, coalition de groupes terroristes réunis autour du Front al-Nosra, dans le quartier d’al-Mohandessin dans le centre de cette ville.
Dans ce centre, des experts turcs et tchétchènes travaillent pour les optimaliser, ajoute l’agence.

Au cours de ces derniers mois, des dizaines de drones ont survolé les côtes syriennes et ont tenté entre autre de bombarder la base russe située à Hmeïmim, mais ont tous été abattus.

Toujours dans la province d’Idleb, des sources locales ont indiqué que les Casques blancs ont changé l’endroit où ils comptent mettre en scène une attaque chimique pour justifier une intervention militaire occidentale dans cette région syrienne.
« Les Casques blancs ont décidé de changer le lieu de leur nouvelle mise en scène. Au lieu de l’exécuter à Jisr al-Choghour, ils la mèneront à Idlib ou à Maarrat al-Nu’man », a révélé la chaîne libanaise satellitaire Al-Mayadeen.
Quelques 64 de ses membres, dont 11 femmes ont été transférés depuis la ville de Jisr al-Choghour vers la ville d’Idleb

Auparavant, ce groupe, fondé en Turquie en 2013 par l’ancien officier britannique du MI5, James Le Mesurier, avec le soutien financier des États-Unis, avait transféré une importante quantité de barils contenant des produits toxiques à l’église et à l’hôpital d’al-Watani à Jisr al-Choghour.
Le 27 août dernier, une activité suspecte avait été scrutée aux alentours de la prison de cette ville, où des produits toxiques sont stockés.

Du côté de l’armée syrienne, les préparatifs se poursuivent. Elle a transféré le jeudi 30 août vers la frontière sud de la province d’Idlib un important convoi militaire composé de blindés, de chars, de pièces d’artillerie lourdes et de véhicules transportant des effectifs.

Source: Divers

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*