Archives pour la catégorie Empire Ottoman

Henry Laurens – Les accords Sykes-Picot

Sykes-Picot

Le 16 mai 1916, les accords Sykes-Picot sont signés entre Britanniques et Français, dépeçant l’Empire ottoman. Ce qui a conduit, un siècle plus tard, toute cette région dans l’instabilité et le chaos.


 

Image de prévisualisation YouTube
Publié le 9, 2016

Historien et professeur au Collège de France, Henry Laurens est intervenu à l’ILERI dans le cadre des 100 ans des accords Sykes-Picot.

Source: http://ileri.fr/actualites/conferences/

Share

Pierre Dortiguier – De Joseph Nasi à Bachar Al Assad

hqdefault

Le Pr Pierre Dortiguier nous présente, à la loupe des faits historiques et ses anecdotes, il balaie d’un revers de main, avec philosophie et ironie, les énormes mensonges des pseudo-historiens qui nous dirigent dans des voies sans issues . « le mensonge peut courir pendant 100 ans, il est rattrapé dans la journée par la Vérité ! » (Proverbe Africain)

Image de prévisualisation YouTube
Share

Jamal-al-Din al- AFGHANI  (1838-1897) : Panislamiste et Franc-Maçon

Article relayé sur le site pour mettre en évidence les liens éxistants entre le courant du « Réformisme islamique » et la Franc maçonnerie à l’époque de la Nahda (Renaissance arabe).

Jamal-Al-Din-Al-Afghanipar Christian LOCHONArticle

« Ni affligé par la prison, ni affolé par la mort prochaine, emprisonné pour avoir défendu la liberté humaine je vais à la mort afin que survive l’humanité » (El Afghani dans une de ses dernières lettres à Istanbul, 1897)

1)      Pérégrinations aventureuses

               « Un héros très nietzschéen » disait de lui le grand orientaliste Louis Massignon (1) tandis que Maxime Rodinson l’appelait « carbonaro »dans sa préface à la biographie que lui a consacrée Homa Pakdaman (1). Continuer la lecture de Jamal-al-Din al- AFGHANI  (1838-1897) : Panislamiste et Franc-Maçon

Share

Mandat britannique : De la déclaration Balfour au plan de partage

Palestine-mandat-britannique3--1728x800_c

On nous invite à commémorer, cette année, trois anniversaires en 7 : 1917 et la Déclaration Balfour, 1947 et le plan de partage de la Palestine, 1967 et la guerre des Six-Jours.

Continuer la lecture de Mandat britannique : De la déclaration Balfour au plan de partage

Share

Les accords Sykes-Picot : les négociations diplomatiques française et britannique dans le contexte de la Première Guerre mondiale. Première partie

Par Anne-Lucie Chaigne-Oudin

Sous l’Empire ottoman, la France et la Grande-Bretagne détiennent des zones d’influence dans la province arabe, dans les domaines religieux et économique. La France se réserve notamment une place prééminente en Syrie, province dans laquelle elle estime Continuer la lecture de Les accords Sykes-Picot : les négociations diplomatiques française et britannique dans le contexte de la Première Guerre mondiale. Première partie

Share

L’accord secret Sykes-Picot qui a partagé le monde arabe entre la France et le Royaume-Uni

90fa761f22bff14cf758b7a1961178754a9a53e5d87d6f2860pimgpsh_fullsize_distr

Le 16 mai 2016 sera la date du centenaire des accords de Sykes-Picot. Signés le 16 mai 1916, entre la France et le Royaume-Uni, ces accords  portent les noms du conseiller diplomatique britannique Mark Sykes (à droite sur la photo ci-dessus)  et du premier secrétaire français de l’ambassade à Londres François-Georges Picot (à gauche sur la photo ci-dessus). Des accords qui  prévoient un démantèlement de l’empire ottoman après la guerre et le partage du monde arabe entre les deux Alliés.

Image de prévisualisation YouTube
Share

Discours de Bachar al-Assad sur la situation en Syrie

bacharIl y a 99 ans, le 6 mai 1916, 21 nationalistes syriens et libanais étaient exécutés par Jamal Pacha, le gouverneur ottoman de la Grande Syrie, qui fut surnommé « le boucher » à cause de sa cruauté.

L’Empire ottoman était alors en plein déclin, un processus qui fut accéléré par son alliance avec les puissances impériales durant la Première Guerre mondiale. Depuis l’indépendance de la Syrie, cette date est célébrée comme le « Jour des Martyrs ».

À l’occasion de cette commémoration, Bachar al-Assad a souligné le fait que l’Histoire se répète : la Turquie du « Sultan » Erdogan, mégalomane aspirant à la renaissance d’un Empire ottoman, est aujourd’hui encore à contre-courant de la marche de l’Histoire, ayant ouvertement pris le parti des terroristes atlanto-wahhabites.

Ankara joue un rôle actif dans la guerre internationale qui est menée contre la Syrie, apportant un soutien direct aux combattants d’Al-Qaïda et du Front Al-Nosra et multipliant les actes de guerre contre la République arabe syrienne. Alors que l’ensemble de la communauté internationale à reconnu que ces mouvements terroristes représentaient un danger pour la paix mondiale (ne serait-ce que sur le plan des déclarations) et que Bachar al-Assad est un interlocuteur incontournable, la Turquie, avec Israël, reste le dernier bastion de soutien ouvert à ces groupuscules terroristes et persiste à appeler au renversement du régime.

Le Président syrien a également évoqué la chute de Jisr al-Choughour et d’Idlib aux mains des combattants takfiristes pour dénoncer la propagande médiatique autour de cet événement. Loin de constituer un revers annonciateur de la fin du régime, ce n’est qu’une bataille parmi d’autres, qui ne doit pas occulter les avancées de l’Armée arabe syrienne, notamment dans la région stratégique du Qalamoun le long de la frontière syro-libanaise.

Toutes ces déclarations font partie de la guerre psychologique incessante qui est menée depuis 4 ans contre la Syrie, et qui n’a cessé de prédire la chute de Bachar al-Assad de manière imminente.

 

La prise de parole de M. al-Assad commence à 2’50 :

Image de prévisualisation YouTube
Share