Un événement hebdomadaire au Daghestan : opérations anti-terroristes

janvier 10, 2014 dans Al-Qaïda, Russie, Saqr par axedelaresistance

SpetsnazDans mon dernier article sur les attentats de Volgograd, j’ai écrit ce qui suit :

Les terroristes du Daghestan ont bien tiré les leçons de la Tchétchénie, et ils n’essaient jamais de contrôler de territoire ou de créer une sorte de mini-État wahhabite au Daghestan : bien au contraire, jour après jour, les forces de sécurité affrontent les terroristes Daghestanais, ce qui se termine à chaque fois pour eux par la capture ou la mort (surtout la mort). La raison en est évidente : les terroristes du Daghestan sont faibles Lire la suite →

Share

Double attentat à Volgograd : une première analyse

janvier 3, 2014 dans Al-Qaïda, Poutine (Vladimir), Russie, Saqr par axedelaresistance

attentat-gare-volgograd-640x476Le double attentat qui vient de se produire à Volgograd (ex-Stalingrad) constitue sans conteste une escalade dans la guerre larvée mais constante qui a opposé les insurgés wahhabites non seulement au Kremlin, mais aussi à toutes les autorités musulmanes traditionnelles en Russie. Avant d’examiner ce que ces dernières attaques pourraient signifier pour la Russie en général et pour les imminents Jeux Olympiques de Sotchi, il serait utile de revenir sur quelques faits essentiels. Lire la suite →

Share

Ukraine: un choix de civilisation et une victoire à la Pyrrhus de Poutine?

décembre 26, 2013 dans 2011-.... : Crise syrienne, Saqr par axedelaresistance

Ukraine

 

Nous accueillons une contribution de l’excellent Saker sur l’Ukraine et le conflit qui s’y déroule.

http://vineyardsaker.blogspot.fr/2013/11/ukraines-civilizational-choice-pyrrhic.html

Lire la suite →

Share

« L’homme de l’année 2013 » pour Le Saqr : Le soldat syrien

décembre 26, 2013 dans 2011-.... : Crise syrienne, Hezbollah, Liban, Nasrallah (Hassan), Poutine (Vladimir), Russie, Saqr, Syrie par axedelaresistance

Syrian soldier

Oui, je sais, ces histoires d’ « Homme de l’année » sont absurdes. Mais lorsque je vois les choix pathétiques d’ « homme de l’année » faits par les médias institutionnels, je me dis que s’ils ne sont même pas capables de faire un boulot à peu près décent dans une tâche assez facile, pourquoi ne pourrais-je pas me faire plaisir et choisir mon propre homme (ou ma propre femme) de l’année ? Alors quoi qu’il en soit, voilà mon choix. Lire la suite →

Share

1993-2013 : Les vingt ans de « Pas de deux » entre la Russie et les Etats-Unis arrivent-ils à leur fin ?

décembre 9, 2013 dans Bush (George H.), Bush (George W.), Obama (Barack), Poutine (Vladimir), Russie, Saqr, USA par axedelaresistance

Russie USALes dernières tensions entre les Etats-Unis et la Russie au sujet des opérations de Greenpeace en Arctique n’ont fait que confirmer un fait que personne ne daigne plus nier : les élites politiques et financières occidentales haïssent viscéralement Vladimir Poutine et elles sont épouvantées par le comportement de la Russie, à la fois au niveau de sa politique intérieure et sur la scène internationale. Cette tension était assez visible sur les visages d’Obama et de Poutine au sommet du G8 du Lough Erne où les deux leaders avaient l’air absolument dégoutés l’un de l’autre. La situation empira lorsque Poutine fit quelque chose de jamais vu auparavant dans l’histoire de la diplomatie Lire la suite →

Share

La Russie et Islam, partie cinq : L’Islam en tant qu’allié

décembre 9, 2013 dans 2011-.... : Crise syrienne, Al-Qaïda, ASL (Armée Syrienne Libre), Poutine (Vladimir), Qaradâwî (Youssef), Russie, Saqr, Syrie par axedelaresistance

Qardawi

« La Russie est devenue l’ennemi n°1 de l’Islam et des musulmans parce qu’elle s’est dressée contre le peuple syrien; plus de 30 000 Syriens ont été tués par les armes fournies par la Russie »

                                                                    Yusuf Al-Qaradawi

Lisant les mots d’Al-Qaradawi, qui est probablement un des ecclésiastiques musulmans les plus influents sur la planète, dont l’émission de télévision est suivie par 60 millions de Musulmans, on pourrait se demander comment quelqu’un pourrait jamais voir l’Islam en tant qu’allié de la Russie. Mais en lisant le reste de l’article, nous voyons qu’il a aussi appelé les pèlerins rendus visite à prier pour la chute de Bachar al Assad, l’élimination de l’armée syrienne, de l’Iran, du Hezbollah, de la Chine et de la Russie. Si nous regardons la logique de ses propos, la liste d’ennemis qu’il nomme et si nous considérons qu’il croit que la Russie est le pire d’entre eux, est ce que cela n’indiquent pas que la Russie doit être la force principale derrière des autres, derrière la Syrie, l’Iran, le Hezbollah et la Chine ? S’il en est ainsi, à moins que nous assumons que les russes sont irrationnels, nous pouvons probablement conclure que la Russie voit en la Syrie, l’Iran, le Hezbollah et la Chine des alliés ce qui est bien sûr le cas. Et sachant que la Syrie, l’Iran et le Hezbollah sont nettement musulman, ceci montre clairement deux choses fondamentales : il y a beaucoup de style différent « d’Islam » dans la région (Hassan Nasrallah ne serait certainement pas d’accord avec le point de vue d’Al-Qaradawi) et certains de ces styles d’Islam sont les alliés déjà objectifs de la Russie. Ainsi, encore une fois, nous devons mettre de côté la catégorie énorme de « l’Islam » et regarder de plus près ce qui s’est passé à l’intérieur du monde musulman.

Le point suivant est une évidence en soi :

Le monde Musulman n’est pas une entité unie, cohérente, avec un but commun, une idéologie ou un éthos. Tandis que quelques Musulmans veulent entretenir cette fiction et tandis que tous les Islamophobes sont très heureux de soutenir et propager de telles idées, ceci est clairement faux. Pendant que tous les Musulmans partagent de certaines croyances communes, cette liste est extrêmement courte. En fait, tout ce qui est exigé pour se convertir à l’Islam est une récitation sincère du Chahada : « il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah et  Muhammad est son messager ». Tout le reste est sujet à l’interprétation des diverses sectes et écoles de jurisprudence. C’est pourquoi toutes les généralisations habituelles sur l’Islam sont trompeuses – elles ignorent l’immense diversité de l’Islam, du Maroc à l’Indonésie, du wahhabisme saoudien au sufisme kazakh.

Et pourtant, quelques généralisations peuvent être faites, même si elles doivent être accompagnées d’avertissements et de mise en garde.

Premièrement le segment le plus riche du monde musulman est certainement celui du type d’Islam sunnite trouvé autour du Golfe Persique, en particulier celui représenté par le wahhabisme saoudien. La branche saoudienne de l’Islam combine trois éléments séparés dans un mélange explosif : une idéologie primitive mais extrêmement agressive, d’immense revenu disponible et un dévouement militant au prosélytisme et à l’expansion.

Deuxièmement, musulmans sunnites sont tous des cibles potentielles de l’endoctrinement wahhabites saoudien et de ses efforts de recrutement. Ceci ne signifie pas que tous les sunnites passeront du côté d’al Qaeda, mais que les efforts de recrutement wahhabites ont connu beaucoup de succès dans la plupart des groupes sunnites, indépendamment de leur position géographique ou de leurs traditions. Au contraire, ceci signifie que pour l’Islam traditionnel sunnite, le style de wahhabisme que les saoudiens répandent, est l’adversaire le plus dangereux.

Troisièmement, les États-Unis ont le mérite suivant : Ils prirent en main une secte locale insignifiante et grâce à la complicité de la dynastie saoudienne, ils l’ont littéralement fédérée en un mouvement mondial. Tandis que les USA ont initialement voulu organiser la résistance contre l’invasion soviétique de l’Afghanistan, ils ont depuis commandé, même si pas toujours contrôlés, ces mouvements mondiaux, et ils continuent à ce jour. Des « Black Flights » en Bosnie, à l’armement de l’armée de libération du Kosovo (UçK), en passant par le 11 septembre, aux soulèvements en Libye et en Syrie, les États-Unis ont toujours dirigés les fous wahhabites contre les ennemis de l’Empire US.

Quatrièmement, contrairement au reste du monde Islamique, les chiites ont toujours été des adversaires déterminés à l’Islam wahhabite et à l’Empire US. Réciproquement, ceci signifie aussi que pour l’Empire US et ses sbires wahhabites, les chiites sont l’ennemi n°1 et qu’ils ne ménageront pas leurs efforts pour affaiblir, subvertir ou détruire n’importe quel mouvement chiite dans la région. Remarquablement, jusqu’ici ils ont échoué, ce qui est en soi un témoignage de l’intelligence formidable, du courage et de la détermination du peuple chiite.

Qu’est-ce que cela signifie pour la Russie ?

Tandis qu’il y a quelques cercles qui souscrivent entièrement à la théorie « du choc des civilisations » considérant ainsi l’Islam comme une menace (voir mon chapitre précédent « l’Islam à travers le prisme du choc des civilisations »), il y a aussi plusieurs groupes influents qui voient en l’Islam un allié naturel :

shav
a) Les  Patriotes orthodoxes : bien représenté par les opinions du célèbre journaliste Maksim Shevchenko, ce sont des russes nationaux qui en tant que patriotes (et non pas en tant que nationaliste), pense que la Russie a la vocation d’être un état et une civilisation multi ethniques et qui, en tant que chrétiens orthodoxes, croient que l’Islam traditionnel partage certaines, voir toutes, des valeurs clés du christianisme orthodoxe. Shevchenko, qui est un activiste Orthodoxe de longue date, est aussi un spécialiste de la région du Caucase et a de nombreux contacts avec les diverses communautés musulmanes en Russie. Contrairement « aux œcuménistes Orthodoxes », Shevchenko n’a aucun intérêt à trouver u terrain théologique commun avec l’Islam, pour lui la valeur d’Islam réside dans ce pourquoi il résiste culturellement et politiquement. La croyance fondamentale de Shevchenko et de ceux qui supportent ses idées est que l’Islam traditionnel est l’allié naturel du christianisme orthodoxe et de la civilisation russe dans sa lutte contre l’impérialisme occidental et l’extrémisme wahhabite. Inutile de dire que les islamophobes russes méprisent absolument Shevchenko,  ils répandent régulièrement des rumeurs au sujet de sa conversion à l’Islam (totalement fictive).

Massoud

b) Les services de sécurité : des services de sécurité russes ont assez d’analystes et experts pour évaluer pleinement le potentiel d’une alliance orthodoxe-musulmane contre leurs ennemis communs. Ce n’est pas une coïncidence qu’un ancien officier du KGB comme Poutine entrepris tant d’efforts dans le soutien du clan Kadyrov en Tchétchénie. Il y a une vieille tradition dans les services de sécurité russes qui consiste à chercher des alliances avec des mouvements musulmans contre des ennemis communs. De la longue alliance de soutien du GRU soviétique (service de l’ordre et du renseignement soviétique russe) avec Ahmad Shah Massoud, au soutien du SVR (service de renseignement russe) à Assad, en passant par le soutien du FSB (service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie) à Akhmad et Ramzan Kadyrov – les services de sécurité russes ont toujours cherché des alliés dans le monde musulman. Ils ont toujours agi de la sorte grâce à un mélange de considérations pragmatiques et d’admiration profonde pour leurs homologues. (Je peux personnellement attester de l’admiration réelle et sincère avec laquelle les commandants des troupes Spetsnaz (Kaskad/Vympel) ont escortés Massoud. Poutine a personnellement déclaré plusieurs fois que la communauté musulmane peut compter sur le soutien absolu de l’état russe et que soutenir un Islam russe traditionnel est un objectif stratégique clé pour la Russie.

9683309-dome-de-la-cathedrale-annonciation-du-kremlin-de-moscou

c) les traditionalistes orthodoxes : jetez un coup d’œil à cette photo, elle montre des robes que l’on considérerait comme des robes orthodoxes traditionnelles en Russie moderne. Bien que différentes, elles sont très semblables à ce que beaucoup de femmes musulmanes porteraient,  non ? Comparez maintenant cela avec le type de civilisation apporté par les divers Pussy Riots, Gay Pride et autre mouvement comme le LGBT. Le fait est que les éthiques traditionnelles orthodoxes et islamiques sont très semblables et qu’elles répondent aux mêmes valeurs : familles traditionnelles, patriotisme modéré, responsabilité sociale, modestie, sobriété, charité, honneur et respect des traditions, incluant ainsi celles d’origines étrangères. Pendant que la plupart des chaines de télévision russes répandent un flot constant d’immoralité, d’obscénités et de matérialisme, les chrétiens orthodoxes regardent avec compassion et admiration ces musulmans qui élèvent leurs enfants dans le respect des anciens et des traditions qu’ils représentent.
Récemment, il y a eu quelques scandales autour de la question du foulard porté par les filles musulmanes dans les écoles publiques. Comme en France, certains russes se sont sentis menacés par de tel étalage religieux, en particulier dans les régions du sud de la Russie où l’immigration est un grand problème, mais de façon intéressante les commentateurs orthodoxes traditionalistes se sont ralliés à la cause des filles musulmanes disant qu’elles donnaient en réalité le bon exemple aux filles orthodoxes russes. C’est un fait qu’avant la Révolution Bolchevique presque toutes les femmes de la Russie rurale portait un foulard, c’était en effet une tenue traditionnelle (ceux qui en doutent peuvent vérifier n’importe quelle poupée russe Matriochka).

Iran

d) L’établissement de politique étrangère russe : bien que n’étant pas nécessairement aussi pro-islamique que les services de sécurité russes, il est largement convaincu de l’importance de soutenir des pays comme la Syrie et, particulièrement l’Iran, que la plupart des diplomates russes voient comme un allié clé de la Russie au Moyen-Orient. Il y a aussi, cependant, une forte minorité pro occidentale dans le service diplomatique russe qui croit vraiment que l’Iran doit se soumettre aux ordres du CSNU (Conseil de sécurité des Nations Unies) même dans le cas où le CSNU prendrait des décisions défavorables à  la Russie. Ceci est aussi le groupe qui a prévalu à l’époque où la Russie trahit Kadhafi en ne posant pas son véto contre la résolution d’intervention militaire ce qui donna le feu vert à l’OTAN et aux Etats-Unis pour agresser la Lybie (la Russie trahit aussi l’Iran à plusieurs reprises au CSNU) .Cependant, la pensée dominante, en particulier depuis le retour de Poutine au pouvoir, est que l’Iran est un allié important que la Russie doit soutenir.

L’état russe, dans l’ensemble, n’est pas un acteur unitaire. En fait, il y a un combat interne intense prenant place en ce moment, et il y a de fortes preuves qu’au moins 2 camps, l’un associé à Medvedev, l’autre associé à Poutine se font face au milieu d’une guerre secrète. Ce sujet et ce que cela signifie pour l’Islam, sera le sujet du prochain article.

Share

La Russie et l’Islam, partie 4 : l’ « Islam » en tant que menace

novembre 25, 2013 dans Non classé, Russie, Saqr par axedelaresistance

Russie et Islam

Le premier point sur lequel je voudrais attirer votre attention est que dans le titre la Russie et l’Islam, partie quatre : « l’Islam » en tant que menace, j’ai mis le mot « Islam » entre guillemets. Ceci est très important, comme la plupart des questions dont je discuterai aujourd’hui ne sont pas  directement liées à l’Islam. Cependant, dans l’esprit de beaucoup de russes, ces questions sont liées à l’Islam et il est donc impossible d’analyser le sujet « de la Russie et l’Islam » sans regarder les connections qui poussent les russes à identifier l’Islam comme la cause de ces problèmes.

L’utilisation de mots peut prêter à confusion dans ce contexte. Prenez le mot « Musulman », que signifie-t-il vraiment ? En Bosnie, le mot « Musulman » a été vraiment utilisé pour décrire un Bosnien non-orthodoxe et non-catholique puisque autant Lire la suite →

Share

1993-2013 : Les vingt ans de « Pas de deux » entre la Russie et les Etats-Unis arrivent-ils à leur fin ?

novembre 25, 2013 dans Russie, Saqr, USA par axedelaresistance

Russie USA

Les dernières tensions entre les Etats-Unis et la Russie au sujet des opérations de Greenpeace en Arctique n’ont fait que confirmer un fait que personne ne daigne plus nier : les élites politiques et financières occidentales haïssent viscéralement Vladimir Poutine et elles sont épouvantées par le comportement de la Russie, à la fois au niveau de sa politique intérieure et sur la scène internationale. Cette tension était assez visible sur les visages d’Obama et de Poutine au sommet du G8 du Lough Erne où les deux leaders avaient l’air absolument dégoutés l’un de l’autre. La situation empira lorsque Poutine fit quelque chose de jamais vu Lire la suite →

Share

La Russie et Islam, partie 3 : politique interne russe

novembre 14, 2013 dans 1917 : Révolution russe, Poutine (Vladimir), Russie, Saqr par axedelaresistance

Russie et Islam

Dans les deux premiers épisodes de cette série sur la Russie et l’Islam nous avons vu que les raisons pour lesquelles ni le modèle civilisationnel européen moderne ni la foi Orthodoxe traditionnelle, peuvent, de nos jours, fournir une source viable et positive d’inspiration idéologique ou spirituelle à la Russie post-soviétique. Tandis que ces 300 années, la philosophie idéologique dominante et le paradigme politique ont été « l’Occidentalisation » de la Russie, les désastres absolus qui ont inévitablement résulté de n’importe quels « libéraux » arrivant au pouvoir en Russie (Kerensky, Eltsin), combiné avec la trahison de l’Ouest, de toutes ses promesses faites à Gorbatchev (l’OTAN ne se déplacerait pas l’Est) a finalement abouti à un écroulement de ce modèle. La grande majorité des russes s’accordent aujourd’hui sur ces idées de base :

a) L’Ouest n’est pas l’ami de la Russie, ne le fut jamais et ne le sera jamais, et la seule façon de traiter avec cela est d’une position de force.

b) La Russie a besoin d’un gouvernement fort dirigé par un leader fort.

c) « Les libéraux » russes (dans l’utilisation russe moderne du mot) sont un petit groupe dégénéré d’intellectuels pro américains  fidèle qui détestent la Russie.

d) La Russie doit être « un état social » et le modèle capitaliste « pur » est à la fois moralement mal et fondamentalement non durable, comme le montre la crise financière actuelle.

e) Le système démocratique est une fraude utilisée par les riches pour leurs propres intérêts.
Jusqu’ici tout va bien, mais quelle est l’alternative ?

Historiquement, il y avait un modèle traditionaliste qui disait que la Russie devait être un pays Chrétien Orthodoxe, où le pouvoir laïc le plus élevé devait être investi par un Tsar, dont le pouvoir était sous contrôle d’une Église puissante et autonome et où la volonté du peuple serait exprimée par le biais d’un Zemskii Sobor, des Etats Généraux, quelque chose comme un Parlement avec une fonction principalement consultative. Cette idée a été exprimée par des philosophes et des auteurs comme Khomiakov, Tikhomirov, Rozanov, Solonevich, Iliin, Soljenitsyne, Ogurtsov et beaucoup d’autres.

Avec beaucoup d’avertissements et de décharges, je dirais que ceci serait la version Orthodoxe russe du type de régime nous voyons aujourd’hui dans la République islamique de l’Iran. Pas une théocratie, bien sûr, mais un régime dans lequel la structure fondamentale, la nature, la fonction et le but de l’état doivent soutenir des valeurs spirituelles. Un régime avec une forte composante démocratique, mais dont la volonté populaire peut être freinée par le véto des autorités spirituelles les plus hautes. J’appellerais un tel système une démocratie directe dans lequel les décisions stratégiques sont laissées à la volonté de la majorité, mais dont la direction stratégique est établit et ne peut être remplacée par une autre.

La grande différence entre la Russie et l’Iran est qu’en Iran le modèle Islamique est clairement  approuvé par une forte majorité de la population. Au contraire, en Russie même le plus chrétien des orthodoxes  aurait de grandes réserves sur l’établissement d’une telle  République Orthodoxe. C’est difficile d’avancer un chiffre crédible, mais mon intuition personnelle sentant est que pas plus de 10 % des russes se sentiraient à l’aise avec une telle proposition. Autrement dit, l’idée de l’établissement « d’une République Orthodoxe » serait probablement opposée à 90 % de la population

Je déplore personnellement cet état de choses, ne serait-ce que parce ce modèle me parait  le meilleur pour la Russie, mais la politique étant la science du possible, il n’a aucun sens de s’obstiner à s’accrocher à une impossibilité.

Alors quoi ? Quelles sont les autres options ?

Le choix actuellement « visible » des partis politiques est à la fois révélateur des principaux courants dans la société et, en même temps, à la fois plutôt trompeur. Regardons quels sont ces partis :

1) « La Russie Unie ». Le parti de Poutine. Je le décrirais comme modérément patriotique (mais non nationaliste), définitivement engagé  pour une Russie forte, « sociale » en termes économiques, « indépendante » dans des relations internationales.

2) « Le parti Démocrate Libéral de la Russie ». Dirigé par Vladimir Zhironovski, anti-communiste et antisoviétique, nationaliste d’une façon semblable au bouffon, aussi « sociale » en termes économiques, la pure folie dans les relations internationales.

3) Le Parti communiste de Russie. Dirigé  par Gennadii Ziuganov, c’est un parti pathétiquement réactionnaire qui prétend ouvertement être le successeur de l’ancien PCUS, il est dirigé par une sorte de politicien sanglier qui pourrait être assis directement à côté de Brezhnev ou Chernenko. Il n’a aucune vision réelle, à part la nostalgie de l’URSS.

4) « Juste la Russie ». Dirigé par Sergei Mironov, un ancien parachutiste devenu Social-démocrate, c’est la version centre gauche modéré de la Russie Unie », c’est un parti agréable qui ne fera jamais de réelle différence.

5) Tous les partis pro-américains qui ne peuvent même pas atteindre la Duma et dont les protestations et les manifestations ont rapidement tourné court. Ils sont fondamentalement sans rapport.

Qu’est-ce que tout cela signifie en réalité ?

Il y a seulement un parti en Russie – « la Russie Unie » le parti de Poutine et Medvedev. Les Démocrates Libéraux et les Communistes ne sont qu’une valve de sécurité pour les mécontents. Tandis que ces partis absorbent un gros morceau des gens qui s’opposent à Poutine et à la Russie Unie, dans la Duma ces partis finissent toujours par voter avec le Kremlin. Ceci est aussi à peu près vrai pour « Juste la Russie » qui est si petit de toute façon, qu’il ne compte pas vraiment. L’autre fonction utile des Démocrates Libéraux et des Communistes, est que cela garde le « fous dingues » loin du Kremlin. Les nationalistes hystériques et les Communistes nostalgiques sont absorbés par ces deux partis et cela les rend immédiatement insignifiant.

J’estime qu’il est important de souligner ici qu’il y a de brillants, bien instruit et articulés nationalistes et communistes qui n’appartiennent pas aux partis Démocratiques ou Communistes Libéraux. Je pense aux nationalistes comme Dmitri Rogozin (qui est actuellement le Premier ministre Adjoint de défense responsable de Gouvernementale russe et de l’industrie spatiale

Ou des stalinistes comme Nikolai Starikov (le responsable de l’Union des Citoyens Russes). Franchement, les gens intelligents restent loin de ces deux partis.

La réalité est qu’il y a seulement un jeu en ville : la Russie Unie et son indépendant « Front Populaire de Toute la Russie », créé par Poutine comme un mouvement politique pour nouvelles idées. Tout le reste est à peu près là pour laisser croire que le système est démocratique et légitime.

Résumons tout ça.

La Russie est un pays multi-ethnique qui souffre d’un manque d’idéologie unifiant et de spiritualité, dirigé par un seul groupe de personnes dont l’idéologie peut être résumée par un mélange de pragmatisme, de patriotisme, de socialisme moderne et de multilatéralisme dans des relations internationales. Le plus important encore,

La Russie Moderne n’est ni la Russie Impériale d’avant 1917 ni l’Union soviétique et il serait fondamentalement faux d’établir des parallèles dans le passé pour comprendre la nature actuelle de la relation de la Russie et l’Islam.

Ceci est une grande tentation, dans laquelle la grande majorité des observateurs occidentaux tombe toujours : chercher des parallèles entre l’actualité et des événements passés. Même s’il est vrai qu’une compréhension du passé est souvent la clé de  la compréhension du présent, dans le cas de la Russie et l’Islam ceci n’est pas une approche appropriée. Par exemple, pour comparer les guerres en Tchétchénie sous Eltsine et ensuite Poutine, à la manière dont Staline a traité les Tchétchènes ou à la voie dont la Russie a envahie le Caucase sous Alexander, je peux seulement fondamentalement induire en erreur, apporter des parallèles complètement inapplicables et aboutir à des conclusions profondément erronées.

La Russie Moderne n’a pas de définition claire d’elle-même. Ceci manquant, elle ne peut pas articuler une vue consensuelle sur ce que l’Islam signifie pour la Russie.

Quelques russes voient dans l’Islam un ennemi très dangereux, d’autres voient l’Islam comme un allié naturel. Ceci est rendu plus compliqué par le fait que l’Islam lui-même n’est à un phénomène unifié et que chaque fois que nous pensons à l’Islam nous devons être spécifiques sur quel type et même quel aspect de l’Islam nous parlons.

Pour la Russie, l’Islam représente un mélange de risques et d’opportunités sur beaucoup d’aspects, y compris des aspects spirituels, politiques, sociaux, économiques, historiques et géostratégiques. Pour être entièrement compris,  le sujet « de la Russie et l’Islam » doit être regardé et analysés à travers  chacun de ces aspects et nous verrons alors qu’il y a des courants différents à l’intérieur de la Russie qui ne sont pas d’accord sur l’Islam en tant que risque ou en tant qu’opportunité au niveau de chacun de ces aspects. Ainsi plutôt que de parler de risques et d’opportunités, je me référerais aux défis » spirituels, politiques, sociaux, économiques, historiques et géostratégiques que l’Islam représente pour la Russie. Ceci sera le sujet du chapitre suivant.

Le Saqr (The Saker)

Source :

http://vineyardsaker.blogspot.fr/2013/02/russia-and-islam-part-three-internal.html

L’article original a été traduit en Français par :

www.axedelaresistance.com

 

A venir, la traduction des articles suivants :

La Russie et l’Islam, partie 4 : « L’Islam » comme une menace

La Russie et l’Islam, partie 5 : « L’Islam » comme un allié

La Russie et l’Islam, partie 6 : Le Kremlin

La Russie et l’Islam, partie 7 : Prévisions météo

 

Share

La Russie et l’Islam, partie 2 : L’Orthodoxie russe

novembre 8, 2013 dans Poutine (Vladimir), Saqr par axedelaresistance

Russie et Islam

La plupart des personnes supposent que la Russie est un pays orthodoxe chrétien et que l’Église Orthodoxe russe est le leader spirituel du peuple russe. Ceci est une vue très superficielle et, je dirais même, fondamentalement erroné. Pour expliquer ce que j’entends par ceci, je devrais expliquer quelque chose d’absolument crucial et encore fondamentalement mal compris par la grande majorité des gens, y compris beaucoup de russes. L’Église Orthodoxe russe comme institution et la spiritualité Orthodoxe russe a été sévèrement persécutée depuis plus de 300 ans. Si crucial est ce phénomène que je devrai faire une digression historique courte dans l’histoire de la Russie.

A partir du moment où la Russie fut baptisée dans le Christianisme par le Saint Vladimir en 988 jusqu’au Lire la suite →

Share