Archives pour la catégorie Soral (Alain)

Procès en appel contre Pierre Bergé : l’analyse d’Alain Soral

arton36614-a5758Propos recueillis par Médias-Presse-Info

Jeudi 10 décembre 2015 avait lieu l’audience d’appel dans la procédure intentée par le multimillionnaire Pierre Bergé contre l’écrivain Alain Soral et son éditeur pour trois phrases du livre Dialogues désaccordés, co-écrit avec Éric Naulleau.

Image de prévisualisation YouTube

Revoir les explications de Maître Damien Viguier, avocat d’Alain Soral, sur ce procès :

(NB : l’audience n’a pas eu lieu le 24 septembre comme il est dit dans la vidéo, mais bien le 10 décembre)

Image de prévisualisation YouTube
Share

Soral répond ! : l’émission du 6 septembre 2015 en accès libre

arton35338-e7678Diffusée initialement aux seuls adhérents d’E&R, puis à tous, augmentée de post-production, pour la somme de deux euros, l’émission Soral répond ! du 6 septembre 2015 est désormais accessible gratuitement à tous les internautes.

Toutes les émissions en direct d’Alain Soral seront diffusées dans un premier temps aux adhérents d’E&R, puis à tous les internautes, pour la somme de deux euros, avant d’être mises à disposition gratuitement au bout de deux mois.

 

Les thèmes abordés dans cette émission : les Quenelles d’or ; le canapé rouge ; la France sur écoute ; harcèlement judiciaire ; les demi-intellectuels (Boniface) ; les demi-opposants (Onfray) ; StreetPress ; Emmanuel Ratier ; Jean-Marie Le Pen, Marine, le FN ; « migrants » : purification ethnique et métissage ; Liban : une nouvelle révolution colorée ? ; Etats-Unis/Cuba/Iran ; Tel-Aviv-sur-Seine ; Tsipras, le Mélenchon grec ; la lutte agricole en France ; séries américaines (True Detective) ; le Tour de France ; Roy Jones Jr. en Russie ; l’espoir Poutine ? ; sursaut moral de la jeune génération juive (Natalie Portman).

http://www.dailymotion.com/video/x38m27o
Share

Alain Soral analyse les attentats du 13 novembre à Paris

arton36302-84cafExtrait en accès libre de l’émission Soral répond ! du 22 novembre 2015

Dans l’émission en direct du 22 novembre 2015, Alain Soral analysait, entre autres, les attentats du 13 novembre à Paris. Nous diffusons aujourd’hui cet extrait en accès libre.

L’émission en intégralité sera rendue accessible dans les prochaines semaines, augmentée de post-production, pour la somme de 2 euros.

Image de prévisualisation YouTube
Share

Plus actuel que jamais !

arton36246-95d82Alain Soral en 2011 sur la difficile question de l’Islam

Sur la lancée de la publication de son futur succès Comprendre l’Empire, Alain Soral décryptait en décembre 2011 la fabrication d’un nouvel ennemi par l’Empire : le monde musulman, constitué d’un milliard d’habitants.

« Cet Empire dominateur a besoin d’un ennemi pour faire croire qu’il n’est pas un Empire de violence et de domination mais un Empire de régulation et de paix. Cet Empire a eu besoin de se créer un nouveau méchant, parce que le Rouge n’existait plus, et ce nouveau méchant vous l’avez bien identifié, c’est le musulman. »

Il concentre son analyse sociologique sur les musulmans français, sans organisation ni représentation, et menacés par les pièges du pouvoir libéral. Il entrevoit le risque d’une guerre civile à partir d’une montée des tensions, dans laquelle « tout le monde perd ».

Image de prévisualisation YouTube
Share

Qu’est-ce que l’État islamique ?

arton36187-b95d8Alain Soral analyse les racines de cette création atlantiste

Un an avant les événements de Paris, le 6 septembre 2014, Alain Soral avait analysé les racines géostratégiques de ce qu’on appelle trop facilement « l’État islamique ». La carte du califat de ce faux État recouvrant curieusement celle du Grand Israël…
En attendant la suite, qui inclut les événements du 13 Novembre, dans la vidéo du mois, qui sera diffusée en direct dimanche 22 novembre 2015.

Image de prévisualisation YouTube
Share

Six mois de prison avec sursis pour une bagarre avec l’éditeur du Système Soral

arton36048-ea113

Vincent Lapierre, reporter pour ERTV, s’est rendu à la 23ème chambre du tribunal correctionnel de Paris pour suivre le procès opposant Frédéric P. à Marc Grinsztajn. La bagarre entre les deux hommes dans la nuit du 12 septembre 2015, que la presse a désespérément essayé de faire passer pour une agression antisémite inspirée par Alain Soral, était arrivée à point nommé pour relancer les ventes très maigres du livre de Robin D’Angelo et Mathieu Molard, Le Sytème Soral, dont Marc Grinsztajn est l’éditeur. Récit de l’audience.

Image de prévisualisation YouTube

 

Extraits de l’article du Monde consacré au procès

 

2 h 15 du matin, le 12 septembre. Marc Grinsztajn rentre chez lui, lorsqu’un homme surgit, flasque de rhum à la main et injures antisémites à la bouche. L’éditeur du livre Le Système Soral (de Robin D’Angelo et Mathieu Molard, Calmann-Lévy) lui décoche un coup de poing, son agresseur réplique en lui lançant sa bouteille. M. Grinsztajn finit la nuit avec quelques agrafes à l’arrière du crâne et deux jours d’incapacité temporaire de travail.

Des faits qui valent à Frédéric P. de comparaître pour violences volontaires avec les circonstances aggravantes d’ivresse et d’injures à caractère antisémite. Face au tribunal, il est d’accord pour endosser les insultes antisémites, mais pas les violences volontaires, pour lesquelles il est pourtant poursuivi. Et ce, car il n’a pas porté « le premier coup », du moins physique. « N’inversez pas le dossier, prévient la procureure. Si quelqu’un est victime ici, ce n’est pas vous M. P. » […]

Alors, « êtes-vous antisémite ? », lui demande la procureure. « Je ne pense pas, mais je fréquente des gens qui le sont. Et ça me tape sur la tête parfois. » Rien à voir, toutefois, avec Alain Soral. Certes, il a vu certaines de ses vidéos et lu un de ses ouvrages, mais il réfute toute accointance avec l’essayiste d’extrême droite. […]

Marc Grinsztajn est pour sa part persuadé qu’il n’a pas été agressé par hasard, mais bien parce qu’il est l’éditeur du livre Le Système Soral. Enquête sur un facho business, paru à peine dix jours avant l’agression. Son nom y apparaît dans les premières pages. « Et même s’il n’y a pas de lien direct, cela montre bien que les thèses de Soral imprègnent l’extrême droite », souligne Me Ghnassia, qui voulait que soit reconnue la préméditation. […]

Savait-il, ne savait-il pas qui il agressait ? Le parquet ne le sait pas, lui non plus. « La bêtise, l’alcool, la haine : voilà ce qui a guidé M. P. le soir des faits », estime la procureure. Mais celle-ci ne requiert pas la préméditation, qui ferait « tomber le dossier dans la caricature ». L’ivresse et l’antisémitisme ont été retenus par le tribunal, qui a condamné Frédéric P. à six mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans.

Lire l’ intégralité de l’article sur lemonde.fr

Share

« C’est pas vous qui allez nous faire la leçon, vous publiez des livres avec Alain Soral ! »

 arton35852-df7eb

 

Alexis Corbière, de formation trotskiste, est chargé, au Parti de Gauche, de lutter contre le Front national. Noble tâche, qui lui permet d’exercer le Bien sur tous les plateaux. Le mercredi 28 octobre, il est invité par Zemmour & Naulleau pour critiquer la réédition prévue chez Fayard du livre le plus controversé du XXe siècle, Mein Kampf, d’Adolf Hitler.

 

Mein Kampf a été écrit par Adolf Hitler pendant ses années de prison (1924-1925), avec le soutien de son comparse Rudolf Hess. Il s’agit d’abord d’un livre personnel, avant de devenir un livre-programme. Il a été vendu en Allemagne dans les années 1930-1940 à 10 millions d’exemplaires, avant d’être interdit, à cause de la relation entre son contenu et les événements historiques qui ont eu lieu entre 1933 et 1945. Des événements (la Seconde Guerre mondiale et l’antisémitisme d’État en Allemagne) qui ont soudain transformé Mein Kampf en livre prophétique.
Le grand éditeur Fayard, flairant un bon coup d’édition (d’autres pays ne se sont pas gênés pour le vendre sous ou sur le manteau), prépare donc la sortie d’une version française de Mein Kampf revisitée par une préface et des explications historiques, qu’on appelle « recontextualisation ». Le débat fait rage dans les médias mainstream, alors que tous les curieux et les amateurs d’Histoire ont déjà lu le livre en PDF sur Internet. Les médias dominants, toujours en retard d’une guerre…

 

Reductio ad soralum

Corbière, dont le logiciel de gauche est forcément limité, se heurte aux deux libres penseurs. Pour se sortir des impasses conceptuelles qui encadrent son discours et qui lui interdisent une vision moins partiale et plus globale, il convoque les fonds de tiroir de l’esprit, à savoir les amalgames, que tout le monde connaît : littérature antisémite, « rance », La France juive, Le Juif Süss, Les Protocoles des sages de Sion, sans oublier la reductio ad soralum.

Corbière : Et en plus c’est pas vous, monsieur Naulleau, qui allez nous faire la leçon, parce que vous, vous publiez des livres avec Alain Soral !

Naulleau : Contre Alain Soral.

Corbière : Non, avec lui ! Vous avez un point de vue, c’est votre opinion, je considère que vous légitimez ce genre de personnage.

Naulleau : Quand vous dites ça, ça signifie que quand on interviewe quelqu’un on est forcément d’accord avec lui, la preuve que non : je vous interviewe mais je suis en désaccord avec vous.

Corbière : Je trouve que votre technique soi-disant pour lutter contre les idées nationales socialistes d’Alain Soral elle vaut que pouic, vous êtes nul, et ce bouquin, c’est mon opinion, légitime Alain Soral. Non mais vu que vous me dites que la gauche est devenue folle, moi je dis que celui qui est devenu fou, c’est vous, notamment un personnage marginal comme Soral, vous le publiez !

« C’est pas le débat », intervient alors la juge de paix en plateau, qui mettra un terme à la polémique.

Pour ceux qui ne voudraient pas regarder l’émission en entier (avec entre autres Pierre Larrouturou et François Bayrou), le débat entre Corbière et les deux animateurs se situe entre 6’28 et 18’15.

Image de prévisualisation YouTube
Share

Damien Viguier décrypte l’affaire Aliot/Soral

arton35614-83f66

Et le jugement sur la forme, pas sur le fond

Me Damien Viguier, l’avocat d’Alain Soral, passe le jugement du 3 juin 2015 au peigne fin. Il détaille ce qui, au niveau des propos d’Alain Soral lors de la vidéo « Entretien de Noël » diffusée le 24 décembre 2011, est « passé » ou pas lors des deux jugements successifs (du tribunal correctionnel de Paris le 16 septembre 2014, et de la cour d’appel de Paris le 3 juin 2015).

 

Il relativise les propos de son client en rappelant le contexte de guerre réelle et de tortures en Palestine, qui fait office de toile de fond du différend politique qui oppose Alain Soral à Louis Aliot. Les propos d’Alain Soral ont été jugés sur la forme, et non sur le fond. S’agit-il alors d’un procès politique ?

 

Les éclaircissements de Me Viguier :

Image de prévisualisation YouTube
Share