Archives pour la catégorie Discours

Qui est Roger Cukierman ?

arton21053-95245

Pour E&R par la revue Faits & Documents

Note de la rédaction

À l’occasion de l’édition 2016 du dîner du CRIF ce lundi 7 mars, où seront présents, entre autres, Hollande, Valls, Belkacem, Sarkozy, Juppé, Cazeneuve, Macron, Hidalgo ou encore Fillon, nous rediffusons cet article de la revue Faits & Documents consacré au président du CRIF, Roger Cukierman, et publié initialement sur E&R le 4 mars 2014.

Le dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) aura lieu ce soir, mardi 4 mars 2014. Présidée par Roger Cukierman, cette organisation qui représente 1/6e de 1 % de la population française est sans nul doute le lobby le plus influent de la République. Le 17 décembre 2013, à l’occasion de l’anniversaire des 70 ans du CRIF, François Hollande avait reçu Roger Cukierman à l’Élysée. Tandis que ce dernier définissait la quenelle comme « un salut nazi à la mode Dieudonné », le président de la République avait garanti solennellement une lutte sans relâche « contre le sarcasme de ceux qui se prétendent humoristes et qui ne sont que des antisémites patentés ». On connaît la suite… Qui est donc cet homme à qui les présidents obéissent et qu’ils appellent d’ailleurs « président » ?

Discours de François Hollande le 16 décembre 2013 à l’Élysée :

Image de prévisualisation YouTube

La famille Cukierman

Roger Cukierman est un homme d’affaires, né le 13 août 1936 à Paris XIXe. Il est le fils du propriétaire d’une entreprise de fabrication d’imperméables, Max Cukierman, et de Miriam Latowicka (ou Latovicka). En France, Max Cukierman sera président des Amis d’Ozarow, qui était son shtetl, vice-président de la Fédération des sociétés juives, secrétaire général des Sionistes généraux avec Jacques Orfus, président des colonies de vacances en Israël et président d’Unzer Wort, le seul quotidien en langue yiddish disparu dans les années 90.

En hommage à leur père, ancien étudiant d’une yeshivah polonaise, ses fils, Roger et Henri, ont créé le prix Max Cukierman, qui honore les écrivains de langue yiddish. Il est donc issu d’une famille d’émigrés polonais originaires d’Ozarow, une petite ville au sud de Varsovie, arrivée dans les années vingt en France (Challenges, décembre 1996, indique 1932). Roger Cukierman cosignera Mémoire d’une ville éteinte consacré à Ozarow. Il parle d’ailleurs le yiddish et estime par exemple que, lorsqu’on est en désaccord, « il faut que le débat reste entre “Mensch” (des hommes dignes en yiddish) » (Libération, 8 avril 2002).

 

PNG - 350 ko
La petite ville d’Ożarów, en Pologne

 

Sa famille, absolument opposée au pétainisme, s’installe sur la Côte-d’Azur dès 1940. Il sera hébergé dans un couvent de nonnes à partir de 1943, tandis que ses parents séjournent dans une clinique. Sa mère accouche alors de son frère, Henri Cukierman (qui n’a rien à voir avec l’ancien maire communiste de Sarcelles). Né le 11 février 1944 à Nice, ce polytechnicien, également docteur en sciences économiques et titulaire d’un MBA de Harvard, a notamment été P-DG de la Compagnie parisienne de réescompte (1988-1999), ainsi que président de l’Association française des sociétés d’investissement (1996-1999), administrateur de Boursorama et préside le groupe « opérations financières » du Medef depuis 1997. Cet ancien du Crédit agricole a siégé, avec son frère, à l’Association française des banques. Il préside la Chambre de commerce France-Israël depuis 2002. Il a reçu le prix Andese du Financier de l’année 1994 et la croix de chevalier de la Légion d’honneur en 1997.

« J’ai vécu dans une ambiance tellement sioniste que j’ai fini par épouser une Israélienne. » (L’Arche, juin 2001)

Roger Cukierman s’est donc marié, en 1962, avec Shoshana Goldhart, dont il a eu quatre enfants, notamment Édouard Cukierman. Né à Paris le 13 mars 1965, il a effectué son alya en 1983, avant d’opter pour la nationalité israélienne. Il a donc effectué son service dans Tsahal. Après des études à l’école Maïmonide, il obtiendra une licence de marketing du Technion d’Haïfa. Ayant suivi les traces de son père, il est P-DG de Catalyst Fund Partners (avec Yaïr Shamir, fils de l’ancien Premier ministre israélien Itzhak Shamir) qui pratique « le sionisme économique » (L’Arche, septembre 2008). Il préside également la banque d’affaire Cukierman & Co Investment House Ltd (Roger Cukierman en est membre du conseil d’administration). Ces deux sociétés financières organisent depuis 2001 un raout, « Go4Europe », pour promouvoir l’économie israélienne dans les pays européens et faire d’Israël, à terme, un partenaire stratégique de l’Europe dans le domaine énergétique (Actualité juive du 24 octobre 2013). À l’édition 2013, on pouvait compter parmi les quatre cents invités Shimon Peres, Marc-David Bismuth, Maurice Lévy

Édouard Cukierman est également directeur général (avec Singer Barnea et Reinhold Cohen) d’Astra (société de capital-risque israélienne cotée sur le second marché boursier parisien), ainsi qu’actionnaire de la télévision par satellite Shalom Channel. Il est membre de l’Alliance israélite universelle. La fille de Roger Cukierman, Sandrine Cukierman, détentrice d’une double nationalité franco-israélienne, a conduit une petite carrière au cinéma, jouant notamment dans Un samedi sur terre aux côtés d’Elsa Zylberstein (1996), ainsi que dans la chanson. Un autre de ses fils a étudié à l’université Bar-Ilan, avant de devenir professeur d’hébreu à l’École Maïmonide de Paris, et sa seconde fille est experte en joaillerie.

Un banquier au service de la communauté

« Je me découvre une vocation de financier, notamment à la suite de la lecture d’un livre de l’antisémite Henry Coston, intitulé Les Financiers qui mènent le monde (1955). Il m’a convaincu que les banquiers avaient un pouvoir considérable sur l’économie et qu’aucune profession ne pouvait s’avérer plus intéressante. » (Roger Cukierman, Ni fiers ni dominateurs, Éditions du Moment, 2008)

Il effectue ses études supérieures de 1956 à 1960, empochant une licence en droit, un diplôme de l’École supérieure de commerce de Paris et un doctorat de sciences économiques. S’intéressant au Japon, où il s’est rendu à de nombreuses reprises, il a signé Le Capital dans l’économie japonaise (1961). En 1963, il est embauché par Edmond de Rothschild à la Compagnie financière. Les deux hommes deviendront inséparables :

« Pour Cukierman, la cause sioniste est juste. Elle l’imprègne depuis sa jeunesse, tout comme elle préoccupait son mentor professionnel, “un véritable père spirituel” insiste-t-il, le baron Edmond de Rothschild, grand ami d’Israël. » (Libération, 8 avril 2002)

 

Il sera donc notamment secrétaire général du groupe de 1968 à 1972, puis directeur général adjoint (1976-1992) et P-DG de Holding Saint-Honoré (1993-1997) et de Saint-Honoré Capital (1989-1993), P-DG de la Savoisienne (1990-1997), président du directoire de la Compagnie financière Saint-Honoré de 1997 à 1998 et président d’Israel General Bank (1988-1996), ainsi qu’administrateur de nombreuses sociétés dépendant du groupe, comme Dauphin SA, Club Méditerranée, BFM, etc.

À noter que, durant tout son parcours, il fut chargé par Edmond de Rothschild de suivre les affaires israéliennes du groupe :

« Pendant une bonne trentaine d’années, j’ai fait la navette une fois par mois entre la France et Israël. J’étais très impliqué dans l’économie israélienne […]. J’ai connu tous les Premiers ministres, y compris Ben Gourion […] et tout l’establishment économique israélien. » (L’Arche, juin 2001)

Comme banquier, il a participé à diverses reprises au Forum économique mondial, dit forum de Davos, cénacle du mondialisme économique et financier. Il lancera ensuite R. Cukierman Conseil et sera aussi président de la Chambre de commerce France Israël de 1998 à 1991 (où il succéda à Lionel Stoléru).

Ce « grand bourgeois du XVIe arrondissement » (Libération, 8 avril 2002) a donc conduit une très belle carrière d’influent banquier, loin de tout débat public, jusqu’à sa retraite en janvier 1999, même si, au CRIF, sa présence au bureau exécutif (où il entre sous la présidence d’Hajdenberg) et au comité directeur (sous la présidence de Jean Kahn, après être entré au CRIF sous la présidence de Théo Klein) était jusqu’alors plus symbolique qu’agissante : « un bénévolat de notable s’affichant dans une palanquée de conseils d’administration » (Libération, 8 avril 2002).

Secondant Edmond de Rothschild, il était toutefois actif au sein de la communauté comme vice-président de l’Alliance israélite universelle, membre du comité directeur, pendant une vingtaine d’années, du Fonds social juif unifié, administrateur, de la Fondation CASIP-COJASOR (où son père, proche de Claude Kelman, siégeait déjà), ainsi que, pendant vingt-cinq ans, trésorier de l’œuvre de protection de l’enfance juive, administrateur de la Fondation de Jérusalem ainsi que de la Claims Conference de New York, qui défend les intérêts des juifs spoliés durant la guerre.

Un président du CRIF controversé

En 2001, le mandat de Henri Hajdenberg, qui avait largement œuvré à élargir le CRIF (arrivée des Loubavitch, ponts vers les sionistes ultra, etc.) et à en faire un efficace groupe de pression politique, arrive à son terme et Cukierman décide de faire campagne, face à Roger Bennarosh, expert-comptable parisien et ancien président du Mouvement juif libéral de France. Comme l’indique le Bulletin quotidien de l’époque, « si le premier est d’origine ashkénaze et le second d’origine séfarade, les deux postulants, qui fréquentent des synagogues d’inspiration libérale, sont en fait assez proches, se retrouvant notamment sur un soutien sans faille à l’État d’Israël ».

Il ne se considère pas toutefois comme « très pratiquant » (L’Arche, juin 2001). Lui-même indique, juste après son élection, qu’Israël « est en danger », qu’il est « viscéralement attaché à Israël » et dénonce le « parti pris » du Quai d’Orsay. Autant de thèmes que l’on retrouvera, accentués, par la suite. Le duel se termine, le 13 mai 2001, à son avantage, ayant obtenu notamment le soutien de l’influent Me Michel Zaoui (avocat de la LICRA), l’emportant par 83 voix contre 74.

Dès le dîner de 2002, il attaque, bille en tête, Lionel Jospin et son gouvernement, dénonçant la passivité des autorités françaises face à la montée de l’antisémitisme, en particulier dans les banlieues (tout en dénonçant tout rapport de cause à effet avec son origine, la Seconde Intifada en Palestine occupée). Les défenseurs de la laïcité parlent déjà de scandale et l’un des anciens présidents du CRIF, Théo Klein, s’élève pour dénoncer l’alarmisme du nouveau responsable. Le cinéaste israélien Eyal Sevan l’accuse de faire le jeu d’Ariel Sharon, en attisant les peurs des juifs français pour les faire émigrer en Israël.

 

JPEG - 42.9 ko
Lionel Jospin et Roger Cukierman

 

En avril 2002, une polémique éclate à son propos. Selon le quotidien israélien Haaretz, il aurait indiqué qu’il souhaitait la victoire de Jean-Marie Le Pen pour « réduire l’antisémitisme musulman et le comportement anti-israélien, parce que son score est un message aux musulmans leur indiquant de se tenir tranquilles ». Dans Libération (23 avril), il indique avoir été mal compris : « J’ai évoqué les conséquences du vote Le Pen. On m’a demandé si cela pouvait entraîner une baisse des violences et j’ai du dire oui » (voir aussi sa tribune dans Le Monde, 27 avril 2002).

Toujours est-il qu’à la différence des élections présidentielles précédentes, le CRIF aura été d’une grande discrétion avant le premier tour dans son opposition à Le Pen, se contentant d’un communiqué laconique d’une extrême modération pour le second tour (8 lignes en date du 23 avril). Début 2003, il met en garde l’extrême gauche contre une « alliance brun-vert-rouge », dénonçant leur antisionisme commun (notamment à Lutte ouvrière, à la Ligue communiste révolutionnaire – qui portera plainte –, chez Les Verts et au sein du mouvement alter-mondialiste, faisant allusion, sans le nommer, à José Bové). C’est dans ce contexte qu’interviendra le débat avec le trotskiste Olivier Besancenot, le 1er février 2003, sur France 2.

http://www.dailymotion.com/video/xbgn01

 

Alain Jakubowicz, alors président du CRIF Rhône-Alpes, écrira dans Libération (5 février) :

« Les juifs de France ont suffisamment souffert des amalgames et de la caricature pour ne pas s’y livrer à leur tour […]. Roger Cukierman a tort de (se poser) en défenseur du gouvernement israélien. Ce n’est pas son rôle. »

Cukierman avait également participé au congrès de l’UDF le 17 janvier, ce qui ne pouvait que choquer les membres de gauche du CRIF. Ses déclarations ne paraissent pas lui nuire, puisque, alors qu’on annonçait un duel serré, il sera renouvelé à son poste en mai 2004 pour trois ans (il ne pourra se représenter ensuite), obtenant 113 voix, contre 16 à Serge Hajdenberg, frère de l’ancien président Henri Hajdenberg, et 15 abstentions. Le Consistoire central (qui est la plus prestigieuse des institutions communautaires) présidé par Jean Kahn, s’était toutefois retiré du CRIF le 2 février, avec l’appui du Grand Rabbin Joseph Sitruk (dossier complet dans Actualité juive, 12 février 2004). Ces deux personnalités ne participent plus aux fameux « dîners de gala du CRIF », considérant, sans doute avec raison, que leur « présence n’est pas de pure forme ».

À propos du dîner de 2005, où le gouvernement Raffarin fut violemment critiqué pour sa supposée politique pro-arabe, Alain Minc devait écrire dans Le Figaro (18 février 2005) :

« Je suis profondément scandalisé par ces déclarations [NDA : celles de Roger Cukierman]. Le discours de Roger Cukierman devrait provoquer une indignation beaucoup plus massive. Le juif que je suis n’a vraiment pas l’habitude de se mêler de la vie de ce qu’on appelle la communauté juive […]. Mais la gravité des propos tenus pousse à réagir. Il n’est pas admissible que le président du CRIF, au nom de la communauté qu’il croit représenter, ait prononcé des paroles si dénuées de mesure et de maîtrise de soi […]. Le président du CRIF instruit contre les plus hauts dirigeants français un réquisitoire totalement infondé. Il est absurde et, pour tout dire, grotesque de désigner à la vindicte des juifs français les hommes qui exercent leurs fonctions au sommet de l’État […]. Si l’on voulait réveiller le fantasme antisémite de la “double appartenance”, qui empoisonne la relation des Français juifs avec leur pays depuis 1967, on ne s’y prendrait pas autrement […]. M. Cukierman s’est comporté comme un ambassadeur in partibus de l’État d’Israël. »

Le dîner du Crif de janvier 2007 sera marqué par sa diffusion sur Public Sénat. L’événement étant présenté comme « une nouvelle étape dans l’expression de la démocratie directe ». Ayant effectué deux mandats, il est remplacé par Richard Prasquier en mai 2007. Sa dernière action aura été une mise en garde de Claude Guéant quant a une éventuelle nomination d’Hubert Védrine aux Affaires étrangères :

« On a eu une réunion au CRIF, aujourd’hui, et la rumeur d’une nomination de Védrine a circulé. Cela a provoqué la panique parce que, pour nous, Védrine est pire que les anti-israéliens habituels du Quai d’Orsay. »

Cukierman appellera Nicolas Sarkozy dans la foulée pour l’avertir que cette éventuelle nomination serait un « casus belli » (rapporté par le Canard enchaîné du 16 mai 2007). En 2008, il échouera à prendre la présidence du Congrès juif européen face au russe Moshe Kantor. Au niveau international, il est vice-président du Congrès juif mondial. En décembre 2011, il a pris la tête du conseil de surveillance de Soparexo-Chateau Margaux.

Un retour aux affaires tonitruant

Le 26 mai 2013, Roger Cukierman était élu pour trois ans à la présidence du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) avec 61 % des voix, contre 39 % face au président de la communauté juive de Toulouse Arié Bensemhoun. C’est un retour aux affaires pour celui qui avait déjà présidé le CRIF de 2001 à 2007.

Dès son élection il a garanti vouloir effectuer son mandat « sous le signe d’une lutte implacable, constante et déterminée contre l’antisémitisme et pour le respect du devoir de mémoire ». Le 2 octobre 2013, Roger Cukiermann se rend à l’Assemblée nationale pour sermonner François Fillon, qui avait déclaré voter pour « le moins sectaire » en cas de duel FN-PS. Fillon s’engage alors à ne jamais voter pour le Front national et reviendra sur ces déclarations publiquement en parlant d’une « maladresse » dans le JDD du 6 octobre 2013. Le 29 octobre, Roger Cukierman fait paraître une tribune dans Le Monde, où il semble fixer le cap de son action pour son mandat. Intitulée « Le FN, mon cauchemar pour 2017 » la tribune lui permet d’expliquer :

« Moi qui ai été un enfant caché pendant la Seconde Guerre mondiale, je frémis de voir notre pays sombrer dans un régime où le populisme refuse les opinions minoritaires […] Après vous avoir livré mon cauchemar, je veux vous dire quel est mon rêve : que le FN revienne à son ancien statut de groupuscule. »

Mais le combat premier de Roger Cukierman, c’est Israël et surtout l’obtention d’un soutien « inconditionnel » des responsables politiques français à la politique – pour le coup véritablement – d’extrême droite de Benjamin Netanyahou. Même le secrétaire général de la CGT, Thierry Lepaon, sera convoqué le 28 janvier 2014 pour garantir que son syndicat ne soutien pas le mouvement BDS (Boycott-Désinvestissement-Sanction) à l’égard Israël. Auparavant, Jean-François Copé, pourtant peu enclin à l’antisionisme, avait été sommé de réitérer l’engagement de son parti en faveur de la cause sioniste (22 décembre 2013). Roger Cukierman déclarait pourtant dans Le Monde du 9 décembre 2012 :

« Il faut que le CRIF cesse d’apparaître comme la deuxième ambassade d’Israël en France. »

Image de prévisualisation YouTube

 

François Hollande s’étant montré obéissant quant à Dieudonné, Roger Cukierman aurait pu en rester là. Mais dans son acharnement, les soutiens de la justice et des décideurs de l’Internet devaient également être sollicités. C’est ainsi que le 13 février dernier, le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Paris, fraîchement élu, assurait aux « amis du Crif » : « La loi Gayssot permet de contrer les propos antisémites et doit s’appliquer à Dieudonné M’bala M’bala et éventuellement entraîner à son encontre une peine de prison ferme. »

Maître Pierre-Olivier Sur assurera également avoir rencontré le ministre de la Justice Christiane Taubira pour que soit « prise une circulaire générale permettant d’actionner des poursuites judiciaires dès lors que des paroles antisémites étaient tenues en public ». Le même jour, Roger Cukierman, accompagné du vice-président du Groupe socialiste au conseil de Paris et avocat des Femen, Patrick Klugman, rendra visite à Nick Leeder, le directeur général de Google France, qui leur confirmera que le CRIF pourra compter sur le service juridique de Google comme interlocuteur régulier. Pour arriver à ses fins, le président du CRIF n’aura pas hésité à se montrer grotesque au travers de comparaisons pour le moins hasardeuses :

http://www.dailymotion.com/video/x19kuav

 

Cet article a été écrit en exclusivité pour Égalité & Réconciliation par la revue Faits & Documents, fondée par Emmanuel Ratier.

Pour vous abonner à Faits & Documents : faitsetdocuments.com.

Share

Poutine annonce un cessez-le-feu en Syrie

arton37950-215a0

Le 27 février à minuit sous conditions

Les hostilités devraient cesser en Syrie. Les États-Unis et la Russie, annoncent lundi dans un communiqué commun, un cessez-le-Feu dans le pays samedi à minuit, heure locale (23 heures vendredi, heure française). Cet arrêt des combats ne devraient pas concerner le groupe État islamique ainsi que le Front al-Nosra, la branche d’al-Qaïda en Syrie. A cette occasion, les présidents Barack Obama et Vladimir Poutine se sont entretenus.

 

« La cessation des hostilités s’appliquera aux parties prenantes au conflit syrien qui ont indiqué qu’elles respecteront et appliqueront les termes » de l’accord, ajoute le communiqué. Ces parties ont jusqu’au 26 février, 12 heures localement, pour faire part, aux États-Unis ou à la Russie, de leur adhésion à cet accord. L’opposition au régime de Bachar al-Assad a déjà annoncé qu’elle accepterait ce cessez-le-feu mais sous certaines conditions : la levée des sièges des villes syriennes, la libérations des prisonniers rebelles, l’arrêt des bombardements des civils et la livraison d’aide humanitaire.

Dans le même temps, le régime de Damas a annoncé la tenue d’élections législatives le 13 avril prochain, alors qu’il n’y a pas eu de scrutin de ce type depuis 2012.

 

« Signe d’espoir »

Immédiatement, le secrétaire général de l’ONU a salué ce « signe d’espoir pour la population syrienne ». L’accord « contribue à créer un environnement propice à la reprise des négociations politiques » en Syrie, interrompues depuis début février, a estimé Ban Ki-moon.

Le secrétaire général de l’ONU a, toutefois, « exhorté les parties prenantes à le respecter ». Il a également assuré qu’il « reste beaucoup de travail à faire pour l’appliquer ». Précisant que les services du médiateur onusien, Staffan de Mistura, « sont prêts à soutenir la mise en place de l’accord, à la fois à Damas et à Genève », dans un conflit qui a fait plus de 260 000 morts et poussé à la fuite plus de la moitié de la population du pays.

Paris a indiqué vouloir être « très vigilant » quant à l’évolution de la situation. « Un accord a été trouvé. Nous sommes en train d’en examiner les détails. Il y a urgence à ce qu’il soit mis en oeuvre ; nous serons très vigilants sur sa mise en oeuvre de bonne foi par toutes les parties concernées », a déclaré depuis Kiev le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault.

Lire la suite de l’article sur bfmtv.com

 


 

Sous réserve de l’acceptation du cessez-le-feu par les membres de l’opposition anti-Assad en présence, le président russe Vladimir Poutine dévoile le plan de cessation des activités militaires établi avec le président américain Barack Obama.

« En ce qui concerne Daech, le Front al-Nosra, et les autres groupes terroristes reconnus comme tels par le Conseil de sécurité des Nations unies, ils sont totalement exclus du régime de cessation des actions de combat, les frappes contre eux seront poursuivies. »

Image de prévisualisation YouTube
Share