Archives pour la catégorie Films

Demain, le film de Cyril Dion et Mélanie Laurent, dépasse le million d’entrées

arton39261-dea1f

Sorti en décembre dernier, le long-métrage qui revient sur les initiatives positives pour sauver la planète a réussi son pari sur la longueur. Encore à l’affiche, le César du meilleur documentaire 2016 comptabilise désormais plus d’un million d’entrées en France.

Les débuts ne furent pas faciles. Il a fallu boucler le projet à l’aide d’une campagne de financement participatif, lorsque les professionnels fermaient les cordons de leurs bourses. Et pourtant, les réalisateurs Cyril Dion et Mélanie Laurent affichent aujourd’hui une mine heureuse. Demain, leur long-métrage sorti le 2 décembre 2015, vient de dépasser le million d’entrées.

Un nombre impressionnant pour un documentaire et un véritable exploit pour leur équipée. Ensemble, Cyril Dion et Mélanie Laurent sont allés filmer aux quatre coins du monde les initiatives positives en faveur de l’environnement et d’une société nouvelle.

Un moyen de montrer les solutions plutôt que les problèmes, qui à force d’être pointés peuvent décourager. Tel est le parti pris des réalisateurs, qui a contribué largement au succès de Demain, grâce à un bouche-à-oreille grandissant.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

 

La bande-annonce du documentaire :

Image de prévisualisation YouTube
Share

Ils sont partout – Le film judéocentré d’Yvan Attal

arton38936-3358b

La France vue d’Israël ?

Découvrez la bande-annonce de Ils sont partout, le film de l’acteur-réalisateur franco-israélien Yvan Attal, dans les salles le 1er juin 2016.

 

Yvan Attal est « inquiet » du climat qui règne actuellement en France. Le réalisateur a donc décidé de s’attaquer aux clichés « antisémites » dans son nouveau film, Ils sont partout. Un film à sketches qui lui tenait à cœur, lui qui dénonce des clichés « vieux comme le monde » tels que « les juifs sont partout, ont de l’argent, s’entraident, complotent, ont tué Jésus » ou encore « le ras-le-bol de la Shoah ».

Synopsis : Yvan se sent persécuté par un antisémitisme grandissant et il a l’habitude de s’entendre dire qu’il exagère, qu’il est paranoïaque. Lors de séances chez son psy, Yvan parle donc de ce qui le concerne : son identité, être français et juif aujourd’hui. Mais ces rendez-vous sont aussi et surtout une sorte de fil rouge reliant entre elles plusieurs histoires courtes qui tentent de démonter, sur le mode tragi-comique, les clichés antisémites les plus tenaces !

Le casting : Yvan Attal, Benoît Poelvoorde, Valérie Bonneton, Dany Boon, Charlotte Gainsbourg, Grégory Gadebois, Denis Podalydès, Gilles Lellouche, François Damiens.

http://www.dailymotion.com/video/x44p0cu
Share

Au nom du Temple : le messianisme juif au cœur du sionisme contemporain

arton37562-f512e

Un reportage de Charles Enderlin

Le documentaire Au nom du Temple, du journaliste Charles Enderlin, diffusé sur France 2 le 31 mars 2015 et rediffusé le 22 janvier 2016 sur La Chaîne parlementaire (LCP) :

Image de prévisualisation YouTube

 

L’émission Droit de suite, diffusée à la suite du documentaire sur LCP, sur le thème « Israël : jusqu’où peut conduire le fanatisme religieux ? », avec Charles Enderlin et Jean-Paul Chagnollaud (directeur de l’Institut de Recherche et d’études Méditerranée-Moyen-Orient) :

http://www.dailymotion.com/video/x3ntt5s
Share

007 Spectre : les messages cachés du dernier James Bond

arton37418-a18af

Le film-éponge d’un contexte géopolitique complexe

Maurice gendre et Arnaud Naudin dissèquent le dernier film de James Bond, incarné par Daniel Craig et réalisé par Sam Mendes. Peu à peu, dans leur bloc opératoire, ils vont extraire du corps ouvert une multitude d’éclats issus du contexte contemporain : NWO, Empire et contre-Empire, terrorisme de synthèse, manipulations oligarchiques (Bilderberg, P2 et cie), surveillance généralisée, question nucléaire…

pieuvre_spectre-553ea

 

Attention à tous les fans : le film va être entièrement éventé et l’intrigue dévoilée au cours de l’émission !

Image de prévisualisation YouTube
Share

« Made in France » : le film sur le jihadisme pour « jeunes fragiles »

arton37000-84177Film maudit, film prémonitoire. Initialement prévue pour l’année 2014, la sortie du film Made in France de Nicolas Boukhrief a été reprogrammée au 18 novembre 2015, avant d’être à nouveau repoussée après les attentats survenus six jours plus tôt dans la capitale. Il ne sera finalement diffusé dans les salles qu’à partir du 20 janvier 2016.

 

Made in France retrace l’histoire d’un journaliste qui, pour les besoins d’un livre, infiltre une mosquée radicale clandestine en banlieue parisienne. Il intègre un groupe composé de trois jeunes : Driss, Christophe et Sidi. Des musulmans de naissance ou convertis, qui attendent le retour d’Hassan, parti se former en Afghanistan. Et l’arrivée de ce dernier personnage va bouleverser leur vie. Ensemble, ils vont préparer le premier d’une longue série d’attentats sur le sol parisien.

Au lendemain des attaques qui ont frappé Paris le 13 novembre, l’oeuvre de Nicolas Boukhrief peut sembler dérangeante, voire inappropriée. Pourtant, elle doit absolument être vue et en particulier des jeunes, qui sont l’une des cibles du producteur et du scénariste Eric Besnard.

 

Toucher un public le plus large possible

« Ce n’est ni un film social, ni un film à thèse ni un documentaire, nous précise Dimitri Storoge, qui joue le rôle d’Hassan. C’est avant tout un thriller, et traiter ce sujet sous cette forme permet de toucher un public qui n’irait pas forcément voir ce genre d’histoire. » Mais même de la sorte, le succès était loin d’être garanti. À l’exception de Canal+ et de Pretty Pictures, toutes les autres sociétés de production ont claqué la porte au nez de l’équipe. Pourtant, Made in France regorge d’atouts pour attirer un public varié, allant des adultes aux ados, des enseignants aux élèves, pour ne citer qu’eux.

Le public jeune et friand de films sur les banlieues reconnaîtra sans doute les acteurs au casting. Nassim Si Ahmed, qui joue le rôle de Driss, s’est fait remarquer en 2011 dans la saison 1 des Lascars, avant d’enchaîner plusieurs productions françaises et la websérie En passant pecho, qui raconte les aventures de dealers. Il est accompagné à l’écran par Ahmed Dramé (Sidi) qui a joué dans Les héritiers, film inspiré d’une histoire vraie, où un professeur d’histoire inscrit sa plus mauvaise classe de seconde d’un lycée de Créteil à un concours national. François Civil dans le rôle de Christophe, Dimitri Storoge pour Hassan et Malik Zidi dans la peau du journaliste viennent compléter le tableau.

Un casting pour accrocher l’œil donc, mais pas que. Made In France a aussi choisi de se servir d’une oeuvre culte depuis plus de 30 ans, Scarface, et plus particulièrement son personnage mythique Tony Montana. Après le retour d’Hassan, les jihadistes prennent possession de la demeure de Christophe, qu’ils « nettoient » afin de la rendre conforme à leur idéologie. Télévision et autres objets représentatifs de la société de consommation exécrée sont donc jetés, et parmi eux, un poster de Scarface, qualifié par Hassan de « propagande américaine ».

« Nous voulions éviter ce qui s’est passé avec le personnage Tony Montana, ce malentendu qui a fait qu’il est devenu une espèce d’icône pour les trafiquants de cocaïne. Il ne fallait pas faire d’Hassan un héros, pour qu’on ne puisse pas s’identifier à lui. Il ne fallait pas l’idéaliser, lui, et à travers lui ces jeunes qui partent faire le jihad ou qui le font en France », insiste Dimitri Storoge.

 

Lire la suite de l’article sur huffingtonpost.fr

 

Bande-annonce et interview du réalisateur :

Image de prévisualisation YouTube
Share

Qu’est-ce qu’on a fait aux Français ?

arton35450-3e05fLe multiculturalisme expliqué aux enfants

Le multiculturalisme et ses contradictions expliqué aux enfants, et aux parents qui ne comprennent pas pourquoi les choses se passent si mal au pays des droits de l’homme.

Normalement, avec la gauche socialiste au pouvoir, tout le monde étant égal, il ne devrait pas y avoir de problème.
Oui mais voilà, il y a les forces du Mal.

Image de prévisualisation YouTube
Share

Hiroshima et Nagasaki : les témoignages des survivants

arton34591-eae4570 ans après que les États-Unis ont largué les bombes atomiques sur les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki, les historiens sont toujours divisés quant aux motivations réelles de cette décision.

Des dossiers récemment déclassifiés mettent en lumière une hypothèse selon laquelle les frappes atomiques ne répondaient pas à une nécessité militaire, mais à la volonté d’intimider l’URSS. Le reporter de RTD, Peter Scott va visiter les deux villes japonaises anéanties à l’époque par les bombes atomiques. Là, il se rendra au Mémorial des victimes et rencontrera des survivants du bombardement, encore hantés par leurs souvenirs. Il parlera également avec Clifton Truman Daniel, le petit-fils du président Truman, de l’héritage controversé de son grand-père.

Image de prévisualisation YouTube
Share