Archives pour la catégorie Humour

Quand Black M chantait pour Maître Kev Adams

arton39356-f2bdb

Le clip de rap siono-compatible qui efface le « dérapage antisémite »

Le 14 octobre 2015 sort le film Les nouvelles aventures d’Aladin, médiocre comédie communautaire « française » où le légendaire Arabe est incarné par « l’humoriste » Kev Adams. En une semaine, le million d’entrées est dépassé. Pour finir à près de six millions (simillon, simillon !) fin décembre.

 

Mais la chanson du film, confiée à Black M, fera encore mieux. Le rappeur rendu célèbre grâce au centenaire de Verdun (auquel in ne participera finalement pas) effectue un rap sur lequel se greffe le héros du film. Le duo atteint vite des scores monstrueux : 30 millions de vues après trois semaines de mise en ligne, et près de 80 millions aujourd’hui. Une rampe promotionnelle phénoménale, qui dépasse largement le public français. À se demander si quelqu’un n’est pas intervenu avec une « machine à clics » ! Ce serait le pompon. Mais en matière de culture populaire, avec un public français américanisé à outrance, tout est possible, même le pire. Donc on range notre scepticisme. Même si on se souvient que les notes du film avaient été truquées sur Allociné…

 

Attention, le mot interdit est prononcé à la 12e seconde, dans cette chanson sortie un mois avant le film (dans cette affaire nationale, la chronologie a une importance redoutable) :

Image de prévisualisation YouTube

 

Traité d’antisémite par la LICRA belge pour une reprise de Doc Gynéco (le rappeur sarko-compatible qui a malheureusement croisé la route de Christine Angot), Black M peut désormais prouver son philosémitisme en exhibant à ses juges ce CV musical siono-compatible. Ouf, on a frôlé la correctionnelle !

 

Le clip des Nouvelles aventures d’Aladin :

Image de prévisualisation YouTube
Share

Un chroniqueur de France Inter fait de l’humour sur le gouvernement israélien

arton39293-247ec

Une démarche courageuse

Guillaume Meurice intervient sur France Inter du lundi au vendredi lors de chroniques humoristiques intitulées Les moments Meurice. Voici sa chronique du 12 avril 2016 : « Soutiens de Benjamin Netanyahou ».

 

Qualifiant l’actuel gouvernement israélien d’« extrême droite décomplexée » et tournant en dérision la diabolisation des Arabes ainsi que les arguments justifiant la colonisation, avant de terminer en abordant le caractère théocratique de l’État d’Israël, le chroniqueur – qui salue les « humoristes israéliens laïcs et pacifistes » – risque de provoquer remous et autres levées de boucliers lorsque ses sarcasmes radiophoniques atteindront certains auditeurs…

Quelques-uns sont déjà montés au créneau.

 

La vidéo de la chronique de Guillaume Meurice :

Image de prévisualisation YouTube
Share

Dieudonné – Procès du président du CRIF Roger Cukierman : les images d’ERTV

arton39214-acbeb

Mardi 3 mai 2016, Tribunal de Grande Instance de Paris. Roger Cukierman comparaissait dans le procès en diffamation intenté par Dieudonné. Le président du CRIF (depuis le 26 mai 2013) avait déclaré en décembre 2013 que Dieudonné était « un professionnel de l’antisémitisme ». ERTV était sur place. Le jugement sera rendu le 5 juillet.

« On aura l’occasion là de trouver le terrain du dialogue et de la paix… C’est pas gagné, mais faut essayer… On va voir si la justice va faire son travail sereinement. »

 

Image de prévisualisation YouTube
Share

Parler de Soral à son prof : une expérience sociale et politique faite par des élèves

arton38461-ef1d7

Les enfants sont taquins. Ces élèves d’un collège ou d’un lycée « Montesquieu » (il y en a beaucoup en France) ont testé leur prof sur la question « Soral ». Il suffit de prononcer son nom pour que la gêne s’installe, et parfois la peur. Cinq petites lettres qui font trembler l’institution. Pourtant, il ne s’agit que de politique, de géopolitique, ou de sociologie. De connaissance, tout simplement. Pas de quoi fouetter un employé de l’Éducation nationale.

 

Il est vrai que cette dernière, depuis peu, c’est-à-dire depuis la découverte de l’engouement des jeunes générations pour les thèses soraliennes, a mis le paquet pour s’opposer à cette contre-éducation imprévue de ses propres troupes. Une concurrence qui n’était pas prévue au programme…
Car ne vous y trompez pas, les millions d’élèves de l’Éducation nationale lui appartiennent. Elle peut leur faire avaler n’importe quoi, faire baisser le niveau des cours, sacrifier l’excellence (la musique est sur la sellette), imposer l’étude des rois africains (forcément antiracistes) en lieu et place des rois de France (forcément racistes), introduire la notion douteuse de la théorie du genre dans les petites classes (le lobby LGBT prépare son avenir), bref, prendre les jeunes pour des cons, mais elle lèvera tous les boucliers possibles avec tous les moyens imaginables contre l’information ou la réinformation « Soral ».

Les dernières campagnes de dénonciation de la mauvaise pensée par rapport à la bonne (on croit rêver, on nage en plein 1984 d’orwell, et on se demande si le livre ne sera pas un jour retiré des programmes), provoquent évidemment l’effet inverse : le mot interdit, le nom maudit a été surmultiplié dans les brochures et les tutos de prévention du le « complotisme ». Tout le monde l’aura compris, les jeunes aussi : le « complotisme », c’est ce qu’il ne faut pas savoir, comprendre, découvrir. C’est la complexité des choses.

Nous n’accablerons pas les profs en général et celui-ci en particulier, qui ne sont pas armés (ou qui ont été désarmés sciemment) pour répondre intelligemment à leurs élèves. D’ailleurs, on leur interdit de parler autrement des événements majeurs de notre époque : Seconde Guerre mondiale, 11 Septembre, collusion médiatico-politique, conflit du Moyen-Orient. Autrement que dans la version officielle, qui est tellement bête ou tronquée, que par instinct, les élèves s’en détournent. Ce n’est pas un début de paranoïa de leur part, mais un simple réflexe de bon sens. Ils sentent qu’on les enfume, et ça ne va pas améliorer les rapports entre dominés et dominants dans le domaine scolaire.

Certes, on ne peut pas imposer dans une tête qui ne dispose pas d’un socle informatif de base une vision du monde qui peut être complexe, et qui demande des connaissances dans des disciplines qui sont souvent cloisonnées en France : Histoire (simplifiée ou censurée), Politique (sous contrôle), Géopolitique (réservée à une élite), Sociologie (bloquée par la gauche), Médecine (étudiée tardivement), Géographie (dépolitisée)… Il faudrait presque un cours supergénéraliste pour accompagner les chères têtes brunes ou blondes dans l’abstraction du monde. Un tel cours n’existe pas, ou alors remplacé par une instruction « civique » pitoyable. C’est pour ça que les jeunes vont chercher une explication satisfaisante ailleurs, sur le Net en général, et E&R en particulier. On y trouve ce qu’on n’a pas le droit de dire ou d’entendre ailleurs. Disons, une partie de la vérité.

Que les profs ne se leurrent pas : les parents de ces élèves font pareil. Ceux qui ont compris que les médias dominants – et on inclut dans ce groupe le puissant média scolaire – ne transmettent que ce qui profite au Système, et diabolisent ce qui le dérange, se tournent vers des sources d’information alternatives. Qui prennent aujourd’hui une ampleur telle, que les responsables de la propagande perdent les pédales. C’est la panique en haut lieu. Dans les ministères, les académies, les rectorats. Et cette panique, ils la transmettent à leurs relais, qu’ils soient journalistes ou profs. Pour qu’ils fassent peur à leurs ouailles. Mais la peur n’est jamais bonne conseillère. Les enfants comme les parents n’ont pas envie qu’on les prenne pour des ânes, et qu’on leur foute la trouille. La carotte et le bâton, c’est mort.

Le massacre de l’intelligence et des intelligences dans nos écoles constitue la plus grave des menaces pour la France d’aujourd’hui et de demain. Et tant pis si l’école persiste dans son impasse en voulant fermer les yeux des enfants et des parents : ensemble, ils s’en détourneront de plus en plus, et l’instruction se fera ailleurs, comme l’information, dont les médias sont en train de se vider, au profit de nouvelles sources, plus fraîches, plus cohérentes, plus adaptées, plus respectueuses. Les insultes à l’intelligence, ça suffit.

On espère que ces élèves, ouverts, curieux et plein d’humour, ne seront pas exclus de leur établissement pour leur audace. Ce sont justement ces qualités que l’école doit développer !

Image de prévisualisation YouTube
Share

Nicolas Dupont-Aignan fascisé sur France Inter

arton38394-5ee15

Charline Vanhoenacker calomnie NDA. Que fait la police ?

L’humoriste belge s’est payé la tête du président de Debout la France. C’est son droit. Mais d’où sort-elle le prétendu « racisme poli » de Dupont-Aignan ?

 

Charline Vanhoenacker a le sens de l’humour. Du moins est-elle payée pour ça, comme sa consœur Sophia Aram, toujours prompte à défendre la veuve et de l’orphelin face à l’extrême droite ou – ce qui, concédons-le, est plus courageux – aux islamistes.
Hier matin [le 17 mars 2016, NDLR], l’humoriste belge s’est attaquée à Nicolas Dupont-Aignan en raillant sa candidature à l’élection présidentielle. Il faut un grand courage pour moquer le candidat des médias et de l’établissement (comme dirait Le Pen père, jamais avare d’un bon mot), que le CAC 40 et les éditocrates rêvent de voir accéder à la fonction suprême. D’ailleurs, combien d’hebdos et de quotidiens gratifient le héraut souverainiste de « unes » et éditos dithyrambiques ? Comble de la subversion, Charline dégobille sur sa prétendue obsession de l’ordre : NDA « voudrait l’ordre juste. Ouf ! On n’est pas passé loin de l’ordre nouveau.  » Un point Godwin ! Pour les besoins de l’humour, un zeste de mauvaise foi étant parfois indispensable, on ne chagrinera pas CV en lui rappelant que l’ordre juste est un concept chrétien forgé par les pères de l’Eglise – ces chemises brunes avant l’heure – puis sécularisé par Jaurès et popularisé par Ségolène Royal en 2007.

C’est ensuite que cela se gâte :

« Nicolas Dupont-Aignan, c’est l’extrême droite light, l’autoritarisme mou. Ou si vous préférez, le racisme poli. Debout la France est au FN ce qu’un physionomiste est à un vigile : ta mission, c’est de refuser du monde mais c’est pas toi qui frappe. D’ailleurs, il faudrait trouver un qualificatif qui différencie son parti de l’extrême droite. Je propose “tout au bord à droite” par exemple. »

Si cela lui chante, libre à chacun de ranger Dupont-Aignan à la droite de la droite – et son alliance boiteuse aux départementales avec la Ligue du Sud du maire d’Orange Jacques Bompard, heureusement corrigée aux régionales, donne du grain à moudre à ses adversaires. Mais qualifier son idéologie gaulliste de « racisme poli  » relève de l’injure ou de la diffamation. Si, à des fins humoristiques, je m’amusais à imputer des penchants nazis, pédophiles ou criminels à Miss Vanhoenacker, j’entendrais probablement parler du pays et recevrais une belle convocation en papier bleu. Et je l’aurais bien cherché : dans un État dit de droit, on ne calomnie pas à loisir, fût-ce au prétexte d’amuser la galerie.

Lire la suite de l’article sur causeur.fr

La chronique de Charline sur Dupont-Aignan :

Image de prévisualisation YouTube
Share

Dieudonné de retour de Hong Kong

arton37582-514cf

Encore plus En Paix qu’avant

Suite à l’annulation de son spectacle (pourtant validé par le grand rabbin Élie Semoun) en Thaïlande, et à son incroyable arrestation à Hong Kong, deux événements que l’on doit à la coalition franco-israélienne d’extrême-orient, qui le poursuit de son délire de persécution dans le monde entier, ou du moins qui essaye, Celui qui Vient en Paix remet les pieds dans notre beau pays de France pour offrir son pardon à ceux qui l’ont injustement traité.

Image de prévisualisation YouTube
Share