Centrafrique | Aucun des soldats français accusés de viols ne sera mis en examen

La justice a prononcé un non-lieu dans l’enquête sur les accusations de viols à l’encontre de militaires français déployés en Centrafrique.

Six garçons âgés entre 9 à 13 ans avaient accusé des soldats de l’opération Sangaris d’avoir abusé d’eux, entre décembre 2013 et juin 2014, dans le camp de déplacés de l’aéroport M’Poko de Bangui en échange de rations de nourriture.

Les juges d’instruction ont finalement clos ce dossier sans aucune mise en examen faute d’avoir pu établir leur implication.

« Il ne peut être affirmé à l’issue de l’information qu’aucun abus sexuel n’a été commis », avait affirmé le parquet dans ses réquisitions.

Cependant, les incohérences matérielles et « la variation des témoignages ne permettaient pas d’établir des faits circonstanciés et étayés à l’encontre des militaires ».

Les soldats accusés ont nié tout abus sexuel envers des enfants face aux enquêteurs. Sur le téléphone d’un des militaires, des dizaines de vidéos pornographiques avaient été retrouvées, dont huit à caractère pédopornographique, mais ce chiffre est jugé trop faible pour caractériser un profil pédophile, avait indiqué une source proche de l’enquête en mars 2017.

L’affaire, qui avait éclaté en avril 2015 par l’entremise du quotidien britannique The Guardian, avaient terni l’image de l’armée française déployée en Centrafrique depuis 2013, théâtre de violences intercommunautaires depuis plusieurs années.

Source: saphirnews

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*