Coalition entre Israël, l’Arabie saoudite et l’Égypte contre Gaza

Israel-Egypte-et-Arabie-saoudite1Un « haut commandement associé » des pays arabes conseille au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou comment renforcer son opération au sol à Gaza, nous confirme le Debka Net Weeky, une publication d’un site internet proche du Mossad, les services secrets israéliens. Le site internet explique que le roi saoudien Abdoullah et le président égyptien Abdel Fattha Al-Sisi sont en « communication permanente », tenant des conférences quotidiennes et parfois plus, selon les sources du site. Ces communications se font par des lignes téléphoniques sécurisées, mais la sensibilité

politique de leur étroite coopération est telle qu’ils utilisent des intermédiaires directs pour les communications très importantes. Un avion israélien spécial est stationné de manière permanente à l’aéroport militaire du Caire, prêt à décoller chaque fois que des messages top secrets entre le président égyptien et le Premier ministre israélien doivent être échangés.

 

Le représentant attitré du roi Abdoullah dans ces échanges quotidiens est le Prince Bandar Bin Sultan, l’homme qu’il a renvoyé lorsqu’il était chef des renseignements saoudiens mais qui est maintenant conseiller spécial du roi pour les questions relative à l’ISIL, l’État islamique en Irak et au Levant. Le prince Bandar entretient des liens directs avec le directeur du Mossad Tamir Pardo.

Les contacts avec l’Égypte sont maintenus grâce à Yoram Cohen, le responsable du Shin Bet qui est un visiteur fréquent du Caire. Le mentor et sponsor de al-Sisi, Ahmed Fareed Al Tohami, responsable des renseignements généraux égyptiens est présenté par le site Internet comme assurant une porte en permanence ouverte à Amos Gilad, le coordinateur politique du ministère de la défense israélienne, et à Yitzhak Molcho, le conseiller de Netanyahou.

Les objectifs de guerre de cette Troïka sont selon la Debka, de briser l’aile terroriste du Hamas, de diminuer son influence politique, d’éviter que les États-Unis n’interviennent dans leur politique, et d’installer un nouveau gouvernement à Gaza une fois que le Hamas aura été écrasé. Le site Debka explique que dans le but d’obtenir le consentement saoudien et égyptien, Netanyahou a du sacrifié l’un des principes centraux de la politique israélienne : maintenir la bande de Gaza et la Judée Samarie séparées. Il a consenti à la naissance d’une autorité palestinienne unifiée. Mais en retour, le site internet affirme que Netanyahou a obtenu une précieuse assistance politique : « Sa récompense est que ses alliés ont déployé beaucoup d’efforts pour protéger Israël et l’IDF des habituelles et fortes pressions internationales pour stopper l’opération en cours. » La Troïka a repoussé la pression venue de plusieurs capitales pour que l’on restreigne sans délai l’offensive en cours, et elle a même mis au point une proposition de cessez-le-feu, sachant à l’avance qu’elle ne serait jamais acceptée par le Hamas mais qu’elle donnerait à Israël une position morale plus élevée. explique le site Debka.

L’Opération à Gaza est présentée comme le baptême du feu pour l’Alliance Israël/Arabie Saoudite/Égypte qui envisage d’agir de concert sur d’autres cibles comme l’Iran et les mouvements islamistes.

 

 

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share

Une réflexion sur « Coalition entre Israël, l’Arabie saoudite et l’Égypte contre Gaza »

  1. Entre sioniste et monarchioniste l intérêt c de mettre la zizanie dans le monde arabe ainsi que entre sunite et chiite pour détruire les derniers rempart l Iran ….mais la fin est proche pour la famille eyoude qui soutient les ennemies de l islam quant a la princesses Sissi le pape a refusé de l’absoudre de c péchés

Les commentaires sont fermés.