Des salafistes de Gaza partent en Syrie en quête du jihad

Mohammad_ZaanineCe n’est que peu avant sa mort en Syrie que Mohammad a avoué à sa famille où il était. Comme lui, des dizaines de salafistes de Gaza partent en quête d’un jihad devenu difficile dans le territoire palestinien gouverné par le Hamas.

La famille de Mohammad al-Zaanine, 23 ans, a dressé une tente de deuil devant sa maison de Beit Hanoun, dans le nord du territoire, après l’annonce par le courant salafiste du décès de ce « martyr de l’Etat islamique d’Irak et du Levant dans une opération de martyre », en référence à un groupe lié à Al-Qaïda bien implanté en Syrie.
« Il est parti le 13 juin sans nous prévenir, puis le lendemain il nous a appelés pour dire qu’il était en Arabie saoudite » pour accomplir le petit pèlerinage à La Mecque, raconte sa mère, Oum Mohammad.
Puis, le 2 septembre, « devant notre insistance, il nous a dit qu’il était en Syrie pour le jihad », poursuit-elle. Deux semaines plus tard, « un de ses amis nous a appris qu’il avait péri dans une opération de martyre », témoigne la mère.

Selon des militants salafistes, plusieurs dizaines de jeunes de Gaza ont ainsi pris le chemin du jihad en Syrie contre le régime de Damas.

Un dirigeant salafiste de Gaza, Abou Abdallah al-Maqdissi, évalue leur nombre à « environ 27, dont certains sont revenus, d’autres sont tombés en martyrs, d’autres encore ont été blessés et sont toujours là-bas ou dans les pays voisins ».Mohammad Zaanine à Gaza

« La confusion qui règne à Gaza entre la trêve (conclue par le Hamas avec Israël, NDLR) et les entraves à l’action de la Résistance (à Israël, NDLR), en particulier la traque de ceux qui tentent de mener le jihad sous l’accusation de trahison et de sabotage du cessez-le-feu, a irrité nos frères et les a poussés à rechercher d’autres options », explique-t-il.

« Le départ de moujahidine pour la Syrie est une initiative personnelle », assure le dirigeant salafiste, précisant que « Zaanine faisait partie de ceux qui étaient constamment pourchassés par les services de sécurité du Hamas en raison de tirs de roquettes » vers Israël.

Sa mère confirme qu’il a été arrêté plus de trois fois par le mouvement islamiste et qu’il était fréquemment convoqué pour interrogatoire.

« Déçus du Hamas »
Le porte-parole du gouvernement du Hamas, Ihab al-Ghussein, défend la position du mouvement, arguant que « la Résistance à Gaza ne s’est pas arrêtée ».
« La Résistance ne signifie pas l’affrontement permanent avec l’occupant. Les actuels préparatifs en vue d’une future confrontation pour défendre notre peuple, cela fait aussi partie de la Résistance », affirme-t-il.

Mohammad KanitaLes groupes salafistes de Gaza, qui revendiquent quelques centaines de membres, accusent le Hamas de faiblesse face à Israël et dans l’imposition de la loi islamique.
Un temps compagnons de route du mouvement, issu des Frères musulmans, ils s’en sont progressivement éloignés après sa victoire aux élections législatives de 2006 et sa prise de contrôle de Gaza en 2007.

Mohammad Qanita, 32 ans, a quitté Gaza en septembre 2012. Il a « participé à des entraînements militaires à la frontière syro-turque (…) et à de nombreuses opérations » avant de mourir à Alep, dans le nord de la Syrie, le 28 décembre, selon les récits de ses compagnons transmis à son frère Bakr.
« Mon frère était l’un des principaux chefs des Brigades Ezzedine al-Qassam (branche armée du Hamas, NDLR) », indique Bakr Qanita, soulignant toutefois que son départ pour la Syrie « n’était lié à aucune organisation ».

La vidéo des funérailles de Qanita montre sa dépouille enveloppée d’un slogan du Hamas, mouvement qui lui a rendu hommage, ainsi que les Brigades Ezzedine al-Qassam. Mais une vidéo diffusée par un site salafiste affirme qu’il avait quitté les Brigades pour rejoindre le « courant salafiste jihadiste » et avait été arrêté par la Sécurité intérieure des autorités du Hamas.

Fahed HabbacheFahd Habbache, 28 ans, policier à Gaza, a lui aussi été tué en Syrie le 19 juillet, laissant une femme et deux enfants.
« Une grande proportion des salafistes jihadistes de Gaza sont d’anciens membres du Hamas ayant quitté le mouvement pour protester contre sa participation aux élections, la non-application de la charia et son assentiment à des cessez-le-feu répétés avec Israël », selon un rapport publié en 2011 par l’ONG International Crisis Group (ICG).

Source:

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=139588

3.00 avg. rating (69% score) - 2 votes
Share

2 réflexions sur “ Des salafistes de Gaza partent en Syrie en quête du jihad ”

  1. Ces pseudo djiahdistes ont la mémoire courte , ils oublient que Bachar leur à fourni toutes les armes qu’ils détiennent pour faire face à l’entité sioniste , qui de surcroit sont a leur porté de roquettes, mais ils préfèrent combattre d’autre musulmans se trouvant à des milliers de kms  » comprendra qui pourra »

    1. A qui Bachar a donné des armes ? aux jihadistes ou bien aux résistants ? Il ne faut pas confondre. Le problème est que vous êtes bien pressés pour condamner les résistants palestiniens, avec de tels commentaires. Par ailleurs, c’est surtout l’Iran qui a fourni les armes aux résistants et non Bachar, dont le pays a servi de bases d’entraînement, entre autres. Faites attention à vos commentaires. La situation est complexe, ne brouillez pas les esprits encore plus.

Les commentaires sont fermés.