Efforts américano-israélo-saoudien pour former un OTAN arabe contre l’Iran

manar-06201050014932889354

Le Secrétaire de la Défense des États-Unis James Mattis, a révélé lors de sa visite en « Israël », une volonté américaine de former une alliance défensive régionale au Moyen-Orient.

Selon le site Israël Defense, qui traite des affaires militaires, l’administration de Trump a un projet visant à la formation d’un « OTAN Moyen-Oriental » afin de faire face à la menace de la République islamique de l’Iran contre l’entité sioniste.

En effet, au cours de sa rencontre avec son homologue israélien, Avigdor Liebermann, James Mattis  a évoqué la possibilité de voir se constituer une sorte « de front commun contre l’Iran et Daech, rassemblant les Etats-Unis, Israël et des pays arabes ».

Il y a de « grandes opportunités devant nous, parce que beaucoup de nos voisins arabes comprennent qu’ils subissent les mêmes menaces », a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse conjointe.

Et de poursuivre: « Notre alliance avec Israël est la pierre angulaire d’une structure de sécurité plus large qui inclut la coopération avec l’Egypte, la Jordanie, le royaume d’Arabie saoudite et nos partenaires du Golfe ».

Or, le site Israël Défense s’est interrogé sur ce que voulait dire M.Mattis au sujet de cette coopération ayant pour but de lutter contre les menaces? Le site rapporte qu’à Tel-Aviv, on préfère garder le silence sur cette question et donc, on se contente de rappeler les propos du premier ministre israélien Benyamine Netanyahou, selon lesquels la situation régionale, surtout avec certains pays arabes, est propice pour une coppération au niveau militaire et sécuritaire ».

Sur le plan militaire, le site a estimé qu’ »une telle alliance exige la tenue de manoeuvres militaires conjointes, du moins au niveau des commandemants militaires, sachant que durant une guerre avec l’Iran, ils auront besoin de définir une stratégie commune du développement des opérations iraniennes, et ce contrairement aux forces de la coalition régionale ».

Le site poursuit : »une telle alliance doit pouvoir déplacer ses forces rapidement dans diverses régions du Moyen-Orient et du Golfe pour vaincre la puissance militaire de l’Iran, ce qui nécessite des opérations de coordination et de formation ».

Sur le plan du renseignement, le site a souligné que « la formation d’une alliance régionale nécessite l’échange d’informations stratégiques et tactiques ».

Toutefois, le site s’est  interrogé, sans apporter de réponses, sur la teneur d’une telle coopération qui suppose une coopération entre les agences de renseignement israéliens et les celles des pays de cette alliance (l’Arabie Saoudite, l’Egypte et la Jordanie …), mais aussi entre les services de renseignements arabes, d’où la question qui se pose: jusqu’où ces sevices de renseignements sont prêts à échanger leurs informations et mener des opérations conjointes? »

Au niveau technologique, le site israélien a noté qu’une telle alliance implique « une coordination des capacités de défense aérienne, mais aussi une coordination des radars et des systèmes de missiles afin de pouvoir détruire les missiles nucléaires iraniens » selon ses termes.

Israel Defense a ajouté que « compte tenu du fait que les États-Unis sont un partenaire dans le développement des systèmes de défense aérienne israéliens, dont un bon nombre a été vendu  par Israel aux pays de cette future alliance, par conséquent,  toute coopération au niveau des capacités technologiques militaires d’Israël avec ces pays, est possible ».

Toujours dans le contexte technologique, le site a insisté sur le fait qu’ »une telle alliance doit jouir d’un système de supervision et de contrôle commun, à multi-bras. Mais aussi , elle soit disposer de  systèmes de combats communs sur les champs de bataille ».

En guise de conclusion, le site reste sceptique sur certains points concernant la réussite d’une telle alliance, s’interrogeant sur l’objectif réél  d’une telle structure sécuritaire régionale pour les États-Unis et si ces derniers sont prêts à mener des exercices conjoints ».

Pour réponse, le site s’est contenté de dire: »on ne sait pas ».

Source: traduit du site al-Akhbar

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share