Gaza:bombardement sauvage sur Khouzaa,alQassam contre-attaque,tue huit soldats

Gaza khouzaa_1

Dix-septième jour de l’offensive israélienne

Plus de 89 Palestiniens ont été tués mercredi et dans la nuit, au 16e jour de l’offensive militaire israélienne contre Gaza, portant à au moins 750 le bilan total des victimes palestiniennes, dont une majorité de civils, selon les services de secours locaux, a rapporté le correspondant d’alMayadeen.

Un porte-parole de l’armée  israélienne a affirmé que  » Tsahal a effectué 35 raids dans la nuit de Mercredi ».

L’occupation israélienne a déclaré « la guerre contre toutes les régions de Gaza, aucune région ne sera épargnée ». L’artillerie a détruit plus de 45 pour cent de la région de Khouzaa, selon le correspondant d’ alMayadeen.

 L’artillerie israélienne a intensifié ses bombardements contre la bande de Gaza, en ciblant le centre de la bande où elle a détruit un complexe résidentiel.

A Gaza, le porte-parole des services d’urgence locaux Achraf al-Qodra a fait état pour la journée de mercredi de 66 personnes tuées et de 26 personnes tuées aux premières heures de la journée de jeudi dans des frappes israéliennes et de deux ayant succombé à leurs blessures, selon un bilan qui ne cesse de grimper.

Ces frappes ont visé la mosquée de Salaheddine à Khan Younes.

Plusieurs enfants figurent parmi les victimes des raids aériens et les bombardements d’artillerie qui ont visé plusieurs secteurs de l’enclave palestinienne, a-t-il ajouté.

Outre, les combats au sol, les raids et les tirs de chars se poursuivaient avec leur lot quotidien de victimes et de destructions, selon les 
services de secours, même si les hostilités ont cessé un temps pour permettre l’évacuation de blessés.

Selon ces sources , une famille de six Palestiniens, dont deux enfants, ont été tués ce matin jeudi. Un autre palestinien est tombé en martyre lors d’un  lors d’un raid israélien sur la rue de Zemo à Beit Hanoun dans le nord de la bande de Gaza.

AlQassam riposte..

Les brigades alQassam affirment avoir tué 8 soldats israéliens dans la nuit de Mercredi dans des affrontements terrestres.

Selon un dernier rapport des évolutions sur le terrain, les brigades alqassam ont tiré deux missiles  M75 contre l’aéroport militaire.

Selon le correspondant d’alManar, trois fortes explosions ont retenti dans les environs de l’aéroport de Ben Gorion..

Une information confirmée par la chaîne israélienne Canal 10 a rapporté que les missiles ont été entendus jusqu’à l’aéroport de Ben Gourion.

La chaîne israélienne canal 7 a pour sa part fait état de plusieurs blessés israéliens suite aux roquettes lancées par la résistance sur le centre de la Palestine occupée.

Selon une source bien informée dans les Brigades Al-Qassam, le Hamas a élaboré divers plans et stratégies pour faire face à une offensive israélienne d’une grande ampleur, a rapporté le site d’informations libanais elneshra.

La source a souligné que « le politique et censée être la voix  du militaire car il négocie en son nom, et non pas comme c’ était le cas dans le passé où alQassam attendait les décisions politiques pour amplifier ses ripostes sur le terrain’.

La source a expliqué qu’ « alQassam possèdent la capacité et la force pour mener une guerre pendant des mois, nous avons donc informé la direction politique  de ne négocier  aucun article  des articles de la trêve,   y compris l’ouverture des passages et la levée du blocus et de faciliter la circulation des citoyens », soulignant que « la direction politique est  au courant de cette décision. »

Elle a ajouté, « peu importe combien de temps les négociations sur la trêve se prolongeront, ni le Hamas ne changera pas, ni le  Jihad, car les deux  mouvements sont bien informés des capacités militaires dont jouit la résistance sur le terrain ».

Côté israélien..

Dans l’autre camp, 34 Israéliens sont morts depuis le début du conflit le 8 juillet: 32 soldats tués en majorité dans les combats à Gaza et deux civils morts dans la chute d’obus en « Israël » tirés depuis Gaza, selon l’armée. Un travailleur thaïlandais a aussi péri dans un tir d’obus palestinien.

Selon le site du quotidien Yediot Ahronot, neuf israéliens ont été touchés par les missiles d’alQassam tirées de Gaza sur  TelAviv  ce Jeudi.

L’armée israélienne, qui enregistre les pertes les plus lourdes depuis la guerre contre le Hezbollah libanais en 2006, s’est targuée de réussir son opération.

« Ces dernières 24 heures, les choses sont davantage sous contrôle », a indiqué mercredi soir un porte-parole de l’armée, notant la diminution des tirs de roquettes, qui se sont même complètement interrompus depuis 21h00, a noté l’armée.

Par ailleurs, l’armée israélienne a déclaré dans un communiqué avoir arrêté un certain nombre de soldats pour avoir diffusé des informations sur le nombre de soldats tués et de blessés sur les réseaux sociaux.

L’armée israélienne a souligné que « l’annonce aux familles de soldats tués est une mesure trés délicate et plannifiée selon un certain protocole afin de diminuer l’impacte de la mauvaise nouvelle sur la famille de la victime ».

Et d’ajouter: » les messages qui ont été diffusés sur le whatsapp sont irresponsables et se sont répandu rapidement à travers les réseaux sociaux' ».

D’où des Israéliens se sont plaints d’avoir su la mort de leurs proches via le whatsapp en premier ou qu’ils ont été dérouté par de faux messages qui les ont conduit à croire qu’ils étaient morts.

Le premire ministre israélien a déclaré que le Hamas et ses dirigeants étaient leurs principales cibles.

Kerry au Caire, Ban à Jeddah

Le secrétaire d’Etat John Kerry a fait état  en « Israël » de « progrès » dans les efforts en vue d’une trêve pour mettre
fin au bain de sang à Gaza, alors que L’Agence fédérale de l’aviation américaine (FAA) a levé son interdiction faite aux compagnies aériennes de voler vers Israël.

« La FAA a levé ses restrictions sur les vols américains vers et depuis l’aéroport Ben-Gourion de Tel-Aviv en annulant une directive aux équipages qu’elle avait renouvelée plus tôt aujourd’hui », selon un communiqué de l’Agence publié mercredi soir.

« Nous avons fait des progrès ces dernières 24 heures » mais il reste du travail à accomplir, a dit M. Kerry qui a rencontré successivement M. Ban à Jérusalem, le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

M. Kerry a ensuite quitté Tel-Aviv pour retourner au Caire tandis que Ban Ki-moon a lui rejoint Jeddah où il a été reçu par le roi d’Arabie saoudite pour évoquer, entre autres, « la situation à Gaza ».

Pour aider dans les efforts diplomatiques, le chef de la diplomatie britannique Philip Hammond s’est entretenu avec M. Abbas à Ramallah où il a plaidé, au-delà d’un cessez-le-feu à l’instauration « d’une solution durable pour une paix entre Palestiniens et Israéliens ».

Manifestation sous haute surveillance policière

Des milliers de manifestants propalestiniens ont défilé mercredi soir dans le calme à Paris, une manifestation autorisée
mais très encadrée, quelques jours après deux rassemblements interdits qui avaient dégénéré, y compris en violences antisémites.

Ils étaient 14.500, d’après la préfecture de police et 25.000 selon Taoufiq Tahami, président de l’Association France Palestine Solidarité, l’un des organisateurs, sur la rive gauche. Le défilé s’est dispersé aux Invalides autour de 21h00 (19h00 GMT).

Dans le cortège, des sympathisants étaient revêtus d’un drapeau palestinien ou de keffiehs, d’autres arboraient un simple autocollant: « Boycottons Israël ».

« Nous voulons parler politique, pas de Sarcelles ou de Barbès. Nous voulons donner la preuve que nous sommes des gens responsables », a déclaré M. Tahami.

« Israël assassin, Hollande démission! » et « Vive la Palestine, vive la résistance », a scandé la foule. Samira Cheblal, employée médicale, est venue pour dire « stop aux massacres d’enfants et de civils ».

Plusieurs personnalités politiques dont l’ex-ministre écologiste Dominique Voynet, le coprésident du Parti de Gauche Jean-Luc Mélenchon, et plusieurs députés socialistes étaient présents.

Ce rassemblement avait été autorisé car les organisateurs, le Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, regroupement d’associations, de syndicats et de partis, « veulent une manifestation pacifique », avait justifié le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

François Hollande avait réaffirmé en Conseil des ministres qu’il était de la responsabilité de l’Etat « de faire respecter l’ordre républicain ».

Le défilé était placé sous très haute surveillance. Quatre organisations de
gauche – dont le syndicat CGT, la NPA, le Parti de gauche et le Parti
communiste (PCF) – ont assuré le service d’ordre, avec le soutien de « plus de
1.000 policiers en tenue et en civil », selon une source policière.

Plus tard dans la soirée, dans un autre quartier de Paris, dans le Marais, 16 personnes ont été interpellées après avoir proféré des insultes antisémites dans un restaurant situé près du quartier juif de la rue des Rosiers, selon une source policière.

Ces 16 personnes, dont la majorité sont des mineurs, sont soupçonnées d’avoir commis des « dégradations » dans ce restaurant du Marais, dans le centre de Paris, et d’avoir proféré des « insultes antisémites », selon cette source.

Les personnes interpellées criaient « mort aux juifs » et « Israël assassin », .

« Non à la barbarie sioniste », criaient certains sympathisants à Toulouse (sud), tandis qu’à Bordeaux, une minute de silence a été observée « en hommage aux martyrs ».

A Lyon (centre-est), 1.500 à 2.000 personnes défilaient. Certaines se sont couchées sur le sol « pour symboliser les victimes de l’offensive israélienne », a expliqué Lila Mami, vice-présidente du collectif Palestine 69. Il y en avait presqu’autant à Lille (nord). A Strasbourg (est), une centaine de personnes ont porté du blanc, brandissant une pancarte avec le nom d’un enfant tué à Gaza.

Fallait-il interdire les manifestations pour éviter qu’elles ne dégénèrent?

La question continuait de diviser.

elon un sondage Ifop pour le quotidien Le Figaro publié mercredi, une majorité de Français (62%) se déclare « plutôt favorable » à l’interdiction de ces manifestations car elles s’accompagnent de violences.

Répondant aux critiques, venant notamment de l’UMP (droite, opposition) mais pas seulement, le ministre de l’Intérieur a justifié les interdictions en raison de « risques de troubles à l’ordre public », mais affirmé que « la liberté de manifester est la règle ».

Un autre rassemblement de soutien aux Palestiniens a été annoncé samedi à Paris à l’appel des organisations qui avaient déjà appelé à manifester samedi dernier malgré l’interdiction.

A Pontoise, au nord de Paris, la justice a condamné mardi à de la prison ferme quatre jeunes interpellés dimanche à Sarcelles, en banlieue parisienne, où la manifestation interdite avait viré en émeutes urbaines aux relents antisémites.

A Paris, le parquet, qui demandait de la prison ferme, a fait appel de toutes les peines avec sursis prononcées par le tribunal à l’encontre des mis en cause dans les violences dans le quartier de Barbès à Paris samedi.

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share