Hezbollah: La Syrie n’est plus en danger

Le Secrétaire général adjoint du Hezbollah Cheikh Naim Qassem a affirmé que « le Hezbollah a  empêché le takfirisme de se répandre via  la porte syrienne et il a soutenu le régime dans sa résistance et sa lutte contre le terrorisme », soulignant que « la  résistance est puissante et autonome grace à ses capacités et toutes les options qu’elle a choisies, ont réussi voire elle a réalisé divers exploits sur le terrain ».

Dans une interview exclusive avec la  Radio Nour, Cheikh Qassem a indiqué qu’ « Israël est à la tête de nos priorités et les mouvements takfiristes sont en fait son  bras droit » ajoutant que « notre lutte contre les takfiristes faite partie  de notre projet de résistance contre Israël « .

Et de poursuivre : « Notre combat en Syrie protége le dos de la résistance au Liban et tout autant il protége le régime de la résistance qui nous a soutenu à tout moment,  telle est la réalité de notre lutte contre l’entité sioniste ».

Cheikh Qassem a noté que « la présence de la résistance sur le terrain a permis au Hezbollah de jouir d’un certain statut influent et ce en raison des  défis que nous avons réussi à affronter ce qui nous a projeté au- devant de la scène régional »..

Et d’ajouter :  »  nous influencons sur l’avenir de cette région à partir de notre combat contre Israël et aussi via notre politique de soutien à l’unité, autrement dit nous contribuons à offrir à notre Nation un atout de plus »,  rejetant « la comparaison qui est faite entre le Hezbollah et Daech, Qassem souligne :  » Daech veut occuper la région alors que le Hezbollah veut la libérer, et donc entre la libération et l’occupation il n’y a pas à comparer ».

Interrogé concernant  sa récente visite à Qakamoun, le secrétaire général adjoint du Hezbollah, il a répondu : « il s’agit d’une visite toute naturelle car il est normal de rendre visite aux  moujahidines et d’être parmi eux , il ne s’agissait pas d’une visite  publique mais privée sauf que quelq’un a pris une photo et l’a diffusée ».

Cheikh Qassem a souligné que « les terroristes aujourd’hui à Ersal et à Zabadani sont pris au piège comme enfermés dans une cage, ils ne peuvent rien faire et nous avons réussi à paralyser leurs mouvements, ce qui est en soi une étape très importante et décisive. »

Interrogé sur  l’après-Zabadani, il a répondu: « là où le danger se manifeste nous intervenons, en fait nous intervenons là où nous constatons qu’une menace peut changer  l’équation » , expliquant que « la Syrie n’est plus en danger , il n’est plus possible de renverser le régime. ».

 

 

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share