« Kamikazes » du Stade de France : le premier « témoin » est un proche de Hollande et Valls

bley-bilal-mokono-1-992x558

INFO PANAMZA. Le «miraculé» qui rapportait avoir «vu le mec sauter» a été parrainé par Valls et pistonné par Hollande pour décrocher un job dans la fonction publique.

Vendredi 19 février -soit la veille d’un appel téléphonique m’apprenant ma convocation policière, j’avais publié les derniers éléments de mon enquête relative aux attentats du 13 novembre. Extrait :

Deux moyens permettraient de mettre fin au mystère des attentats du Stade de France :

* publier toutes les images de la vidéosurveillance présente autour des accès et les faire analyser par des organismes indépendants du pouvoir.

* rapporter en audio/vidéo les témoignages visuels des personnes qui furent nécessairement présentes autour des explosions.

À ce jour, un seul témoignage en ce sens a été publié : celui (dès le lendemain, par Le Parisien) d’un certain Bley Mokono.

 

Problème : le quotidien omet de préciser son engagement politique singulier.

Militant inscrit au PS (et candidat aux dernières élections de mars 2015), Bley Mokono fut également le délégué national aux activités internationales au sein du parti. Sa particularité : soutenir -depuis 2006 jusqu’à nos jours– l’opposition iranienne incarnée par la secte (réputée proche de Tel Aviv et Washington) des Moudjahidines du peuple.

Ce soir du 13 novembre, Bley Mokono -seul témoin à affirmer face caméra avoir « vu le mec sauter »-était d’ailleurs au Stade de France avec Rachid Temal, patron PS du Val-d’Oise et membre (pro-Hollande) du Bureau national du parti.

Cinq jours après Le Parisien, Bley Mokono accordait sur les Champs-Elysées un entretien -raillé par la majorité des commentateurs sur Youtube en raison de son exubérance déplacée- à CNN.

Hormis Mokono, aucun témoignage audiovisuel d’une explosion n’a été rapporté à ce jour.

bley-bilal-mokono-1-992x558

Dès le lendemain des attentats, l’homme qui se présente dorénavant comme un « miraculé » avait enchaîné les interviews à la manière d’une vedette en promotion : Le Parisien mais aussi -dans l’ordre chronologique- Val d’Oise Tv, BFM TV, I-Télé, RTL, RMC, Channel 4, la Gazette du Val d’Oise, CNN, LCI, France 2, RTL Belgique et TF1.

Systématiquement, Mokono développait un témoignage hyper-détaillé avant de conclure, une fois sur deux, sur un message optimiste quant à la réaction des autorités contre le terrorisme. Et pour chacune de ses interventions, le journaliste face à lui n’évoquait jamais ses engagements politiques singuliers : l’un au sein de la « commision sécurité » du Parti socialiste, l’autre auprès de l’opposition « anti-islamiste » iranienne.

1234313_388800777913337_336075033_n

10957208_448519078636657_4620328745908432526_o

Le 12 février, au micro de France Info, Mokono affirmait encore avoir « vu leur visage » -à propos des deux premiers « kamikazes » du Stade de France- et « vu le corps s’exploser ».

« Emploi fictif »

Coïncidence savoureuse : trois jours après l’article de Panamza faisant état des connexions particulières de Mokono, Le Monde évoquait également ce militant socialiste dans un autre dossier. Dans son édition du 24 février, le quotidien a consacré un papier à la mise en examen d’Alain Gardère, ex-directeur du Conseil national des activités privées de sécurité (CNAPS).

lemondetitre

Surprise, surprise : on y apprend que Mokono, présenté comme un homme « parrainé » par Manuel Valls, aurait « insisté » durant « tout l’automne 2015 » pour décrocher un emploi au sein du CNAPS.

 

lemondeUne

Le papier du Monde révèle également que Mokono avait alors « demandé au préfet de l’introduire » dans la franc-maçonnerie.

Placé sur écoute de juillet à septembre 2015 et mis en examen le 21 janvier pour « corruption passive », « prise illégale d’intérêts », « recel d’abus de biens sociaux » et « détournement de fonds publics », Alain Gardère -membre de la Grande Loge nationale française– a depuis été « suspendu » de son obédience maçonnique.

lemonde2

Juste avant sa fracassante chute, Gardère avait accepté d’embaucher Mokono, sous pression de l’Élysée qui lui adressa un courrier « fin novembre ».

Rappelons ici que Mokono avait « insisté » -selon Le Monde– durant « tout l’automne », soit avant et après les attentats du 13 novembre. Et deux semaines environ après son témoignage du Stade de France, un conseiller de François Hollande est donc -directement et efficacement- intervenu en sa faveur pour le faire recruter au sein du CNAPS, établissement public sous tutelle du ministère de l’Intérieur.

lemonde3

Bingo : depuis « janvier 2016 », Bilal Bley Mokono est « conseiller technique » auprès du « ministère de l’Intérieur ».

linke

Et qui est désormais son supérieur hiérarchique officiel?

Alain Bauer, président du CNAPS, ancien grand maître du Grand Orient de France, camarade de Manuel Valls, féru d’espionnage, chantreconteur de la « guerre contre le terrorisme » et collaborateur du Mossad.

Valls-Hollande-Mokono-Bauer-Valls : la boucle est bouclée?

Détail curieux : un homonyme français de Bley Mokono, également âgé de 39 ans, aurait fondé, dirigé et dissous une obscure compagnie (« SKMR Wolrdwide ») basée à Londres entre décembre 2013 et juillet 2015.

Autre détail à souligner : son fils, prénommé Ryan et âgé de 13 ans, dispose de plusieurs comptes sur les réseaux sociaux ainsi que d’un compte Youtube sur lequel il publie (depuis le 30 octobre) des vidéos intimistes racontant sa vie avec humour, face caméra. L’adolescent volubile qui est censé avoir accompagné son père pour voir le match France-Allemagne et qui aurait été « tramautisé » -d’après Bilal Mokono- par la scène de l’explosion ne fait aucune allusion à sa mésaventure supposée.

Notons d’ailleurs que tous deux étaient munis de billets en tribune officielle qui furent offerts par la mairie de Paris -comme en atteste (en bas, à gauche) cette capture d’écran de l’interview de Mokono diffusée sur la britannique Channel 4.

stfbm

Mokono semble par ailleurs avoir désactivé (momentanément?) sa page Facebook depuis l’article de Panamza en date du 19 février.

fbmok

Certaines photographies consultables sur cette page représentaient ce simple « militant » du PS domicilié à Cergy avec des figures gouvernementales de poids tels Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, et Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale.

driannvb

Le 16 novembre, face au complaisant (et proche de Valls) Jean-Jacques Bourdin, Bilal Bley Mokono avait tenu curieusement à se présenter comme un « musulman de mère catholique » dont les enfants ont une « mère juive ».

Pistonné par Hollande, parrainé par Valls, soutenu par Bartolone et employé par le tandem Cazeneuve-Bauer : le seul individu à avoir catégoriquement affirmé avoir « vu le corps s’exploser » dispose d’un réseau rarissime de protecteurs haut-placés.

Reste désormais à savoir si la presse d’investigation traditionnelle creusera cette trouble affaire ou choisira d’entériner la version officielle du 13 novembre faisant état d’un « témoin miraculé » qui s’avère lié –par une pure coïncidence– aux barons les plus influents de la nébuleuse socialiste, maçonnique et pro-israélienne.

HICHAM HAMZA

5.00 avg. rating (94% score) - 1 vote
Share