La Ligue de défense juive, en vrai

arton27818-8e858samedi 13 septembre

Aux US, la Ligue de Défense Juive rackettait Tupac, en France, elle entarte des petites vieilles. StreetPress a passé 6 mois en compagnie des ennemis préférés de Dieudonné et des pro-palestiniens radicaux.

L’attentat. Septembre 2012, Jonathan Moadab, jeune web activiste antisioniste de 24 ans aux accointances conspis, gare sa voiture dans le parking de ses parents, dans un pavillon de banlieue parisienne. Vers minuit, une explosion résonne dans le garage. Jonathan y découvre alors  sa caisse taguée « Ligue de défense juive, fais attention à toi ». Une étoile de David est dessinée sur le pare-brise arrière. L’explosion ? Une bouteille en plastique remplie d’acide et d’aluminium, œuvre d’apprentis chimistes. La presque « bombe artisanale » a fait un peu de bruit, mais la voiture est intacte. À peine les flics débarquent-ils sur place une demi-heure plus tard, que le téléphone de Jonathan sonne, raconte-t-il à StreetPress : « Ce sont les gendarmes qui décrochent et entendent des menaces de mort contre moi et ma famille. » Les gendarmes « ont rapidement chopé les zigotos », raconte Moadab. Facile : l’auteur des menaces téléphoniques, un mineur de 17 ans, tout émoustillé par son « attentat », « avait appelé depuis son téléphone » et son numéro s’était affiché !

Quand les gendarmes cueillent chez leurs parents les deux apprentis activistes de la Ligue de Défense Juive (LDJ), âgés de 17 et 20 ans, ils trouvent sur place la panoplie du wannabe chimiste formé sur YouTube : un bidon d’acide chlorhydrique et de l’essence censés produire – selon une réplique culte du film Fight club – du napalm artisanal !

Lire la suite de l’article sur streetpress.com

 

Sources:

streetpress.com

http://www.egaliteetreconciliation.fr/La-Ligue-de-defense-juive-en-vrai-27818.html

 

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share