La résistance palestinienne avorte une opération spéciale israélienne dans la bande de Gaza

Six Palestiniens sont tombés en martyrs et un officier israélien a été tué le dimanche 11 novembre lors d’accrochages ayant opposé des soldats israéliens et des combattants du Hamas dans la bande de Gaza.
Jusqu’à une heure tardive de la nuit, les observateurs ne comprenaient pas les origines de l’escalade militaire qui a éclaté au moment où s’attendait le moins.

Tuer un chef du Hamas

C’est le Hamas qui a révélé ce lundi ce qui s’est passé.
Selon sa branche armée, les brigades Ezzedine al-Qassam, une unité des forces spéciales israéliennes a mené une opération spéciale au cours de laquelle elle a tenté de s’infiltrer à l’est de Khan Younès, dans le sud de l’enclave, à bord d’un véhicule civil.
Toujours selon le Hamas, sa mission consistait à liquider l’un de ses chefs, Nour Baraka.

Mais comme la présence de la voiture a été  détectée avant de passer à l’acte, elle a été prise dans une course sans merci, alors qu’elle prenait la fuite et tentait de rebrousser chemin. Les drones israéliens sont alors intervenus pour lui fournir une couverture aérienne en perpétrant des dizaines de raids.
« Mais nos forces ont poursuivi la force israélienne jusqu’à la barrière de séparation, infligeant dans ses rangs des pertes considérables », indique le communiqué des brigades des Qassam, selon lesquels « la résistance a donné la nuit dernière une bonne leçon à l’ennemi et a tourné en dérision son système sécuritaire devant le monde ».

Pour les Palestiniens, l’objectif de l’opération israélienne visant l’assassinat de Baraka a été avorté.  Celui-ci a toutefois été tué dans les accrochages qui ont éclaté et dans les tirs israéliens, au côté de 6 autres combattants palestiniens.

Enlever un chef du Hamas?

Force est de constater que la version officielle israélienne se contente d’un communiqué succinct qui fait état d’un état d’un échange de tirs.
« Au cours d’une opération (militaire israélienne) dans la bande de Gaza, un échange de coups de feu a eu lieu », indique-t-il.

Mais un média israélien, la chaine 10 de télévision, a quant à lui avancé que la force israélienne voulait enlever un dirigeant du Hamas et non le tuer.

Alors que d’après Ron Ben Ishaï, le chroniqueur militaire du journal israélien Yediot Aharonot , l’opération visait plutôt les capacités militaires du Hamas d’une grande qualité.

Plus tard, un porte-parole de l’armée israélienne, Jonathan Conricus, a  écrit sur Twitter que tous les soldats israéliens impliqués dans l’opération étaient « rentrés en Israël » et que plusieurs alarmes ont retenti dans le sud d’Israël ».

Selon l’armée d’occupation israélienne, suite aux échanges de tirs « dix-sept roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza vers Israël ». Trois ont été interceptées par le système de défense anti-missile, a indiqué la même source, sans fournir de détails sur les autres. Les colons israéliens vivant dans les régions limitrophes de la bande de Gaza ont aussi passé leur nuit dans les abris.

Cette opération intervient alors que la situation à Gaza semblait se stabiliser, après des mois d’affrontements meurtriers au cours desquels les soldats israéliens ont tué plus de 220 palestiniens parmi ceux qui manifestaient  près de la barrière pour réclamer leur droit de retour, menacé plus que jamais par le Deal du siècle qui devrait liquider la cause palestinienne aux dépens du peuple palestinien.

La résistance entièrement éveillée

Avant cette opération, les autorités israéliennes avaient laissé croire qu’elles optaient pour l’accalmie, en autorisant au Qatar d’acheminer 15 millions de dollars afin de payer les salaires des fonctionnaires dans la bande de Gaza.

« Toutes les tentatives durant ces derniers jours pour faire semblant qu’elles voulaient l’accalmie ne sont que de la poudre aux yeux pour cacher qu’elles veulent frapper les combattants de la résistance », a diagnostiqué un chef du front populaire pour la libération de la Palestine, Hania Thawabté pour al-Mayadeen Tv. Selon lui, la résistance face à cette opération montre qu’elle était sur le qui vive.

Pour le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, ce que la résistance a réalisé est « un acte héroïque et brave qui montre qu’elle entièrement éveillée et présente sur le terrain ».

Sources: AFP, Al-Mayadeen Tv, Al-Quds

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*