Le 9 mai et le rôle décisif de l’URSS dans la victoire contre le nazisme

imagesmaiAvec le temps et un bon travail de manipulation de masse, la conscience collective est habilement « corrigée », permettant de réécrire l’histoire. Selon un récent sondage réalisé en Europe et aux Etats Unis, 15% des personnes interrogées estiment que l’URSS a joué un rôle décisif dans

la victoire contre le nazisme alors qu’environ 50%  estiment que ce rôle revient aux Etats Unis.

A l’approche des 8 et 9 mai marquant la fin du cauchemar de la Seconde Guerre Mondiale, revenons donc sur ce qui n’est manifestement plus une évidence.

219538-1728x800_c

Le déni d’histoire

15% des personnes interrogées reconnaissent le rôle clé joué par l’URSS dans la victoire contre l’Allemagne nazie et ses alliés. Et il serait bon de se rappeler que ces alliés de l’Allemagne étaient nombreux: le Japon, l’Italie, la Hongrie, la Finlande, l’Albanie, la Slovaquie, la Croatie, la Roumanie, la Bulgarie, la Taïlande, l’Irak. Il ne faut pas oublier les armées et régimes collaborationnistes: la France de Vichy, l’Iran, l’Espagne, San-Marin; l’armée de libération russe (russkaya osvoboditelnaya armya) et l’armée ukrainienne de libération (ukrainskaya osvoboditelnaya armya) constituées par les nazis à partir des territoires occupés et des prisonniers. Le bloc nazi s’étant élargi avec le temps, voir sa liste complète ici. L’on y retrouve une très grande partie des pays constituant l’UE d’aujourd’hui.

Ces 15% sont répartis de manière diversifée. Par exemple, on note une rupture importante entre l’Allemagne de l’est (55%), l’Allemagne de l’ouest (16%) et Berlin (35%) dans la reconnaissance du rôle clé joué par l’URSS. Cette grille de lecture montre clairement les dégâts causés par la propagande atlantiste depuis la fin de la guerre. Qui conduit aujourd’hui à une méconnaissance totale de ce qui s’est passé alors.

L’école et l’évolution des programmes d’histoire joue un rôle non négligeable (voir notre publication ici), mais également l’invasion du cinéma et des séries télé américaines sur nos écrans. Nous voyons l’histoire reconsidérée par Hollywood. Et, ce qui est logique, Hollywood n’est pas là pour rappeler les faits, cette énorme machine à fabrication de conscience sociale est là pour former l’opinion publique « dans le bons sens ».

La guerre en chiffres 

D’une manière générale, on compte pour l’Union Soviétique la perte de 26 millions 600 milles hommes, soldats et civils confondus. 34 476 700 hommes ont participé aux combats. Ont été détruits plus de 1 710 villes , plus de 70 000 villages, plus de 32 000 usines etc.

En ce qui concerne l’Allemagne, de juin 1941 à juillet 1945, 6,5 millions d’hommes ont été soit tués, soit blessés, soit ont disparu. Rien qu’en été 1941, quand l’Union Soviétique est entrée en guerre, l’Allemagne  a perdu 742 milles soldats, alors que depuis 1939, lors des combats contre la Pologne, la France, l’Angleterre, la Belgique, la Hollande, le Danemark, les Pays Baltes, elle n’avait perdu « que » 418 805 soldats.

Pour leur part, les Etats Unis ont mobilisé  16 112 566 soldats, il y eut 405 399 morts, 652 000 blessés et 140 000 disparus.

Les civils touchés par pays:

  • URSS: 15 760 000
  • Allemagne: 2 470 000
  • France: 412 000
  • Angleterre: 92 673
  • Etats Unis: 3000

Maintenant quelques chiffres permettant d’apprécier l’aspect technique – quantité d’armes utilisées par pays en milliers:

avions tanks canons
Etats Unis 296.1 86.5 253 110 artillerie
Angleterre 102.6 25.1 113.8 48.3 artillerie
Allemagne 104 65.1 174.5 82 artillerie
URSS 120 90 360 300 artillerie

 Les pertes financières:

Pays Pertes financières ($ milliards.)
URSS 610
USA 341
Angleterre 150
France
Allemagne 230
Italie 50
Japon 100
Autres pays 350
Total 2 000

Et pour en finir avec le rôle décisif accordé à l’armée américaine dans la victoire contre l’Allemagne nazie, rappelons que si les Etats Unis sont entrés en guerre, dans le Pacifique, en décembre 1941, ils ne sont intervenus sur le front européen qu’en juin 1944 quand l’armée soviétique reprenait le contrôle. A aucun prix, les Etats Unis ne pouvaient, pour des raisons politiques évidentes, laisser l’Armée Rouge libérer l’Europe seule, sinon ils la perdaient et perdaient par là même tous les gains financiers et politiques qu’ils pouvaient retirer de cette guerre.

Sur le territoire européen, l’armée américaine est intervenue en France (surtout en Normandie), Italie, Allemagne, Hollande, Belgique et Luxembourg.

Rappelons également que l’armée soviétique, seule, a libéré plus de 50% du territoire des pays européens, sans compter évidemment la partie européenne de son propre territoire, ce qui correspond à la libération de plus de 120 millions de personnes sur 16 pays aujourd’hui indépendants. Pour la libération de 6 autres pays, l’Armée Rouge est intervenue en coopération avec les alliés.

L’on comprend ainsi mieux pourquoi, malgré les efforts du pouvoir ukrainien, des manifestations sont prévues le 9 mai à Kiev pour célébrer la victoire sur le nazisme, une procession du bataillon éternel également, avec le portrait des proches qui ont combattu dans l’armée soviétique contre l’occupant. La réaction du pouvoir, pour l’instant, fait sourire: pour distraire la population de ces dates dangereuses, de grandes manifestations sportives sont organisées par la ville de Kiev.

On ne pourra pas ne pas se souvenir du pouvoir soviétique organisant de grands concerts avec des vedettes venues de l’occident pour faire concurrence aux cérémonies religieuses de fin d’année. Les techniques ne marchaient pas très bien déjà à l’époque – ne convainquant que les convaincus – elles sont aussi artificielles aujourd’hui.

source: http://russiepolitics.blogspot.fr/2016/05/le-9-mai-et-le-role-decisif-de-lurss.html

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share

Une réflexion sur “ Le 9 mai et le rôle décisif de l’URSS dans la victoire contre le nazisme ”

  1. Une rectification. L’Albanie n’a pas été alliée de l’Allemagne pendant la guerre mondiale. Bien avant l’arrivée des troupes allemande dans leur territoire, les albanais, dans le cadre du FANC, front antifasciste national de libération, combattaient déjà contre l’armée italienne, depuis l’occupation du pays le 7 avril 1939. Résistance qui fût poursuivie, à la suite de l’acte de capitulation des armées italienne, contre l’armée allemande, et ce jusqu’à la libération du pays au 29 novembre 1944. Comme partout ailleurs en Europe, dans ce pays eut aussi des éléments réactionnaires, des collaborateurs, qu’on ne doit pas considérer représentant la tendance générale de ce pays lors de ce conflit sanglant, que fût la seconde guerre mondiale. D’autre, part, à la conférence de Paris de 1948, si je me trompe pas de date, l’Albanie fut placée du côté des vainquers ayant combattus le nazisme.

Les commentaires sont fermés.