Les sources véritables de la contre-culture

Comme parrains de la contre-culture des sixties, également appelée world pop culture, on retrouve Israël Regardie et surtout son maître Aleister Crowley, qui étaient des adeptes de l’occultisme et de la magie sexuelle. Ils ont fasciné les stars de la musique anglo-saxonne de cette époque. La pop music, qui connut rapidement un succès planétaire, était en réalité d’inspiration gnostique et kabbaliste ; elle véhiculait les principes idéologiques de la société secrète de Crowley, lʼOrdo Templi Orientis, synthétisés dans la formule alors très en vogue « sexe, drogue et rockʼn roll ». Pour les rock-stars comme John Lennon, Crowley était une idole, une icône. Sur la pochette de l’album des Beatles Sergent Pepperʼs lovely hearts club band figure une photo de Crowley, l’homme qui aimait se faire appeler « La Bête 666 ». D’autres chanteurs célèbres lui vouent un véritable culte : Jimmy Page, Jimmy Hendrix, Led Zeppelin, Ozzy Osbourne et Marylin Manson. Outre l’apologie de la pratique d’une sexualité libre et sans entraves ni tabous (inceste, pédophilie, zoophilie), lʼO.T.O. militait pour la massification de la consommation des drogues. Timothy Leary, le successeur de Crowley à la tête de l’institution ésotérique, affectionnait tout particulièrement le L.S.D. ; il vantait la prise de cette substance psychédélique qui venait d’être découverte par Hoffmann. Le festival de Woodstock, qui eut lieu un an après Mai 68, pendant l’été 1969, fut dans un sens, pourrait-on dire, la grande festivité suscitée par lʼO.T.O., dont le succès planétaire fut si retentissant qu’il marqua une génération entière, qui, répartie aux quatre coins du monde, se réappropria la maxime hippie « peace and love » et l’esprit du flower power. Et les entreprises qui s’étaient spécialisées dans le confection de pantalons « patte dʼélph » virent leurs bénéfices s’envoler spectaculairement à la suite du concert géant de Woodstock, qui inaugure l’ère de lʼhomo festivus.

Cette contre-culture des sixties, essentiellement musicale et festive, se propagea en France, on l’a dit, via Daniel Filipacchi, l’astucieux inventeur de l’émission radiophonique et du magazine Salut Les Copains, qui imprégna l’esprit des baby-boomers qui à leur tour aspirèrent à la libération sexuelle chère à Aleister Crowley, qui signifiait la désinhibition de tous leurs désirs, de toutes ces pulsions qu’ils n’avaient désormais plus à refouler mais à vivre pleinement.

La contre-culture représente le chaînon manquant entre deux idéologies diamétralement opposées, le gauchisme, d’inspiration marxiste-léniniste, et le néolibéralisme, idéologie de légitimation du système capitaliste. Elle est l’étape de transition entre une critique radicale du système et une dialectique, un discours, d’accompagnement du système. Étape nécessaire au ralliement des gauchistes : sans elle ils n’auraient pu concevoir cette rupture dans leur engagement politique que comme une trahison ; or ils n’ont pas eu conscience de cela. Passant, via la contre-culture, du gauchisme au néolibéralisme, ils continuaient à se considérer comme des rebelles, des ennemis du système.

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*