L’OSDH : officine de propagande payée par l’Union Européenne et la Grande-Bretagne

syrische-beobachtungsstelle-menschenrechte

En réalité, l’Observatoire Syrien pour les Droits de l’Homme (OSDH) a été exposé il y a longtemps comme étant une vitrine de propagande gérée par Rami Abdul Rahman depuis sa maison semi-retirée en Angleterre. Selon un article de Reuters de Décembre 2011 intitulé: « Coventry – an unlikely home to prominent Syria activist, » Abdul Rahman admet être un membre de l’ “opposition syrienne” qui cherche à chasser le président syrien Bachar Al-Assad. après trois courts séjours dans les prisons syriennes pour activisme pro-démocratie, Abdul Rahman arriva en Grande-Bretagne en 2000 par crainte de rester plus longtemps en prison la 4ème fois.

“Je suis venu en Grande-Bretagne le jour de la mort d’Hafez al-Assad et je retournerai quand Bachar al-Assad partira”, a dit Abdul Rahman, se référant au prédécesseur et père de Bachar lui aussi un autocrate.

On ne peut pas trouver une source d’information plus douteuse, compromise, biaisée que lui et pourtant ces deux dernières années, son “observatoire” a servi d’unique source d’information déversant le flot continu de propagande reprise par les médias occidentaux. Peut-être le plus grave, est le fait que l’ONU utilise cette source biaisée comme base de ses multiples rapports, du moins c’est ce que le New York Times affirme dans son article récent: « A Very Busy Man Behind the Syrian Civil War’s Casualty Count. »

L’article du NYT admet:

Les analystes militaires de Washington ont suivi son décompte des corps de soldats syriens et de « rebelles » pour estimer la direction que prenait la guerre. L’ONU et les organisations pour les droits de l’Homme chérissent les descriptions de l’OSDH faisant état des massacres de civils syriens pour les utiliser comme preuves dans d’éventuels procès pour crimes de guerre. Les organismes de presse les plus importants, incluant celle-ci (NYT), se fondent sur ses chiffres de pertes humaines.

Et pourtant, malgré son rôle central dans cette guerre civile sauvage, la bien nommée OSDH est virtuellement un one-man-show. Son fondateur, Rami Adul Rahman, 42 ans, qui a fuit la Syrie il y a 13 ans, gère l’observatoire depuis une petite maison de briques dans la ville industrielle de Coventry en Angleterre.

Le NYT révèle également pour la première fois que l’opération d’Abdul Rahman est financée par l’Union Européenne et “un pays européen”, qu’il refuse d’identifier: Les revenus provenant de deux boutiques de vêtements couvrent ses besoins minimum pour rapporter sur le conflit, ainsi que des subsides de l’UE et d’un pays européen qu’il refuse de nommer.

Tandis qu’il refuse d’identifier ce pays, il s’agit sans aucun doute possible de la Grande-Bretagne elle-même, car Abdul Rahman a un accès direct au ministre des affaires étrangères britannique William Hague, qu’il a de manière documentée, rencontré en personne à de multiples reprises au bureau du Commonwealth de Londres. Le NYT révèle en fait que ce fut le gouvernement britannique qui a localisé Abdul Rahman à Coventry après sa fuite de Syrie pour activisme anti-gouvernemental: Quand deux de ses associés furent arrêtés en 2000, il a fuit le pays, payant un passeur et trafiquant d’êtres humains pour le faire passer en Angleterre. Le gouvernement l’a relocalisé à Coventry, où il déclara se plaire.

Abdul Rahman n’est pas un “activiste des droits de l’Homme”. Il est un propagandiste payé pour ses activités. Il n’est pas différent de la clique de vils menteurs et de traîtres qui trouvèrent refuge à Londres et à Washington pendant la guerre d’Irak et de la plus récente débauche occidentale en Libye et ce pour le simple but de donner aux gouvernements occidentaux un flot constant de propagande et de renseignements intentionnellement falsifiés créés spécifiquement pour justifier l’action hégémonique de l’occident.

Les contemporains d’Abdul Rahman incluent le notoire traître irakien Rafid al-Janabi, nom de code “Curveball”, qui pavanne maintenant en disant qu’il a inventé les accusations sur les armes de destruction massive irakiennes, la casus belli occidental pour 10 ans de guerre qui a coûté plus d’un million de vies humaines, incluant des milliers de soldats occidentaux et qui a laissé l’Irak en ruines. Il y a aussi le moins connu Dr Sliman Bouchuiguir de Libye, qui forma la fondation, le racket des droits de l’Homme pro-occidental à Benghazi et qui clâme maintenant haut et fort que les histoires de Kadhafi massacrant son peuple étaient tout aussi inventées afin de donner à l’OTAN son prétexte d’intervention militaire.

A l’opposé de l’Irak et de la Libye, l’occident a catégoriquement échoué de vendre aux opinions publiques une intervention militaire en Syrie et même sa guerre secrète a commencé A avoir son effet boomerang alors que le public devient de plus en plus informé que les soi-disants “rebelles pro-démocratie” que l’occident a armé depuis deux ans ne sont en fait que des extrémistes sectaires combattant sous la bannière d’Al-Qaïda. L’escroquerie qu’est l’OSDH se dévoile également. Il est fort peu probable que cette opération d’arrondissage d’angles du NYT convaincra ses lecteurs que Rami Abdul Rahman est quelque chose d’autre qu’un nouveau “Curveball”, aidant l’élite financière de Wall Street et de Londres à vendre une autre guerre inutile au public.

Tony Cartalucci | 12 Avril 2013

Article original:http://landdestroyer.blogspot.fr/2013/04/exposed-syrian-human-rights-front-is-eu.html#more

Traduit de l’anglais par Résistance 71

URL : http://arretsurinfo.ch/losdh-officine-de-propagande-payee-par-lunion-europeenne-et-la-grande-bretagne/

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share