Mille ambassadeurs d’Israël en Syrie

netanyahou_blesse_syrien«Les mille blessés sont en quelque sorte des ambassadeurs d’Israël en Syrie», telle est la conclusion faite par le journal israélien The Post, en allusion aux rebelles syriens blessés et qui ont été soignés dans les hôpitaux israéliens. 

Selon le journal, cette politique de soins a porté ces fruits dans plusieurs domaines. « Dès leur retour en Syrie de leur voyage médical il transmettront une belle image d’Israël », poursuit le quotidien.

A cela s’ajoute selon The Post les révélations faites par les medias étrangers et selon lesquels les services de renseignements israéliens collaborent avec leur homologues jordaniens dans les camps des refugiés syriens en Jordanie pour contribuer au recrutement des jeunes dans les milices et à leur entrainement.
«  Quelque soit les résultats de la guerre en Syrie, les frontières revêtissent désormais une nouvelle image dans laquelle Israël voudrait a tout pris contribuer à sa cristallisation », conclut le journal.

Des canaux de contacts ont été créés, ce qui rappelle ce qui s’était passé avec le Liban, depuis une quarantaine d’années.
Dans les années 60 du siècle dernier, l’entité sioniste a ouvert des canaux avec certains partis libanais, à leur tête les Phalanges. Dans les années 70, ils ont formé une milice collaboratrice au sud du Liban, baptisée l’Armée du Liban du sud (ALS).
Initiales à ne pas confondre avec l’ASL, celle de l’Armée syrienne libre, la milice qui combat les autorités et l’armée syrienne, mais qui semble de plus en plus s’apparenter à l’ALS.

Ces derniers temps se sont multiplié les propositions de certains dirigeants de l’opposition syrienne dont entre autre Kamal Labawani, en appelant à s’allier à l’ennemi sioniste, dans le but entre autre d’obtenir les armes que les Américains et les Européens refusent de fournir à l’oppsoition, de crainte qu’elles ne tombent entre les mains des jihadistes takfiris.
Dans la logique des choses, les Israéliens aussi devraient refuser de les leur fournir.

Israël l’ami du peuple syrien

Mais il semble que d’ores et déjà, des responsables militaires s’adressents aux Israéliens pour obtenir l’aide militaire dont ils ont besoin.

Ce mardi, un porte-parole de l’Armée syrienne libre qui s’est présenté sous le sobriquet Abou Omar al-Hourani a assuré dans un entretien avec un autre journal israélien « The Time of Israel » qu’Israël est désormais perçu comme «un pays ami du peuple syrien » dans la région de Deraa, au sud de la Syrie, justement en raison de cette politique des soins des blessés administrés aux rebelles syriens blessés.

Il a indiqué que deux éléments de sa brigade ont été soignés de blessures graves dans les hôpitaux israéliens, assurant qu’Israël diffère des autres pays de la région et les Etats arabes qui interdisent aux Syriens de venir chez eux (!)

Toujours s’entretenant pour le journal israélien, il a révélé que le front al-Nosra contrôle désormais une partie de Deraa et risque de prendre le contrôle de la totalité du gouvernorat.

Le Nosra «  paie des salaires supérieurs pour les combattants, de plus il possède des armements de qualité ce qui poussent le combattants de l’ASL à rallier ses rangs », a-t-il signalé, assurant que près de 80% de ses miliciens sont des syriens et 20% des étrangers.

Toujours concernant le Nosra, il obtient ses armes en se les acquérant du marché noir et en prenant des butins de l’armée syrienne. «  Les frontières avec l’Irak souffre de plusieurs points de faiblesse qui permettent le flux des armes pour les islamistes en Syrie », poursuit-il.

Hourani a confirmé le refus des puissances occidentales et des monarchies arabes de fournir l’ASL en armées de défense anti-aérienne et anti blindés de crainte qu’elles ne tombent entre les mains des extrémistes.

« l’ASL a même proposé d’équiper les armes  de qualité de système de dépistage pour localiser leur emplacement et empêcher qu’elles ne tombent entre les mains non modérées , il a aussi suggéré d’envoyer des unités spéciales en Syrie, sous la protection de l’ASL pour utiliser les armements de défense aérienne, surtout les Stingers mais toutes ces demandes ont été rejetées », a-t-il finalement affirmé pour le journal israélien.

De nombreux observateurs et médias ont rendu compte ces dernières semaines de l’aide militaire logistique que l’ennemi israélien fournit aux milices en action au sud de la Syrie.

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share