Qui contrôle véritablement Daech ? Aucun incident terroriste ne s’est produit durant la marche blanche

C’est la question TABOUE du jour
(amateurs endoctrinés/conditionnés du terme neuneu « complotisme », ménagez-vous : vous pouvez quitter la lecture de ce billet) .

Comment un rassemblement aisément accessible et comportant le gratin de la classe politique n’a-t-il pas fait l’objet de la MOINDRE tentative d’action terroriste ?

(Précision en guise d’anticipation à l’attention des apprentis censeurs de Panamza et de leurs idiots utiles : il ne s’agit évidemment pas là d’une « apologie du terrorisme » mais d’un questionnement légitime dans un État de droit… http://www.panamza.com/290318-ferrand-interdire-panamza )

Rappels :

* depuis les attentats des 7 et 9 janvier 2015 imputés à des hommes (dont certains cagoulés) prétendument liés à Al-Qaïda et Daech, la France est censée affronter une « forte menace terroriste » (ce qui ne l’a pas empêché d’organiser aussitôt la grande et risquée marche « Charlie » du 11 janvier 2015).

* au moins 271 djihadistes français seraient rentrés sur le territoire national et plus de 18 500 personnes seraient inscrites dans le « fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste » {http://www.lepoint.fr/…/gerard-collomb-271-djihadistes-fran…}.

Mercredi 28 mars, la marche blanche -dédiée à Mireille Knoll (victime d’un meurtre tragique et crapuleux dont le caractère dit « antisémite » reste encore à démontrer par les enquêteurs)- a réuni quantité de ministres, députés, élus locaux, intellectuels, religieux et vedettes artistiques.
Sans compter la présence de l’ambassadrice d’Israël, Manuel Valls, Meyer Habib, Bernard-Henri Lévy, Gilles-William Goldnadel et Hassen Chalghoumi, ennemis déclarés (sous protection policière) des djihadistes {https://www.huffingtonpost.fr/…/marche-blanche-en-hommage-a…}.

Tandis que les médias français valident sans rechigner (depuis 2012 et l’affaire Merah jusqu’au récent attentat du Super U de Trèbes) la version officielle (délivrée par tous les gouvernements successifs via le Parquet de Paris) selon laquelle le terroriste-islamiste-type peut être un tireur, un poignardeur, un poseur de bombe, un « camionneur fou » ou un kamikaze enserré dans une ceinture d’explosifs, AUCUN journaliste de la presse traditionnelle n’a publiquement signalé cette anomalie : hier soir, pas le moindre incident à caractère terroriste – y compris « artisanal »- durant la marche blanche, tout au long du parcours (facile d’accès) place de la Nation/boulevard Voltaire/avenue Philippe-Auguste/rue de Charonne.

Question élémentaire en conséquence : qui contrôle, en définitive, Daech ?

Souvenez-vous du 13 novembre 2015 : rares furent les commentateurs à s’étonner explicitement de l’attitude curieuse et irrationelle de la majeure partie des terroristes – quatre sur sept s’explosant aux abords du Stade de France en étant isolé ou dans un bar peu bondé et quelconque (le Comptoir Voltaire){https://www.huffingtonpost.fr/…/kamikazes-stade-de-france-m…}.

Daech et ses assassins sont une réalité : tangible, logistique et sanglante.

Reste à savoir qui décide -en amont comme en réalité- de ses opérations de terreur commises sur le sol français.

Et dans quels buts littéralement…occultes.

Démystifier la propagande de la « guerre contre le terrorisme » est un impératif -politique, civique et journalistique.

Pour en savoir plus sur les opérations « Charlie/HyperCacher » & « 13-Novembre » : http://www.panamza.com/charlies; http://www.panamza.com/cabale-vendredi13

5.00 avg. rating (94% score) - 1 vote
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*