Réunion historique des chefs du Renseignement du Pakistan, de l’Iran, de la Russie et de la Chine. Les causes

Les hauts responsables de la sécurité et du renseignement du Pakistan, d’Iran, de Russie et de Chine ont tenu une réunion à Islamabad, où ils ont souligné la nécessité d’une participation plus active des forces régionales aux efforts visant à résoudre le conflit en Afghanistan. C’est ce que rapporte l’agence TASS.

Mardi, une réunion des dirigeants des services de renseignement de Russie, d’Iran, de Chine et du Pakistan s’est tenue à Islamabad, au cours de laquelle des mesures ont été discutées pour combattre la menace de la réunification des combattants de l’EI en Afghanistan.

Au cours des discussions, l’attention s’est surtout portée sur les dangers associés à la constitution de groupes terroristes en Afghanistan.

« La conférence a reconnu l’importance de mesures coordonnées pour empêcher le flot de terroristes de l’EI de la Syrie et de l’Irak vers l’Afghanistan, où ils représenteraient un danger pour les pays voisins », a déclaré le chef du renseignement russe Sergei Naryshkin.

Les hauts responsables de la sécurité et du renseignement ont souligné la nécessité d’une plus grande participation des forces régionales aux efforts visant à résoudre le conflit en Afghanistan.

Ce qui n’est pas mentionné dans les comptes rendus de cette réunion, c’est probablement l’impulsion qui y a mené. Le mois dernier, le chef d’état-major général iranien, le général Mohammad Hossein Baqeri, a accusé les États-Unis de transférer en Afghanistan des terroristes de Daesh, vaincus en Syrie et en Irak.

Sputnik a rapporté : « Les Etats-Unis ont été accusés à plusieurs reprises d’apporter diverses formes de soutien à Daech et à d’autres groupes terroristes opérant dans la région.

« A la mi-décembre, le ministère russe de la défense a accusé la coalition dirigée par les Etats-Unis d’utiliser le camp d’al-Hasakah pour former des djihadistes qui avaient été réorganisés dans ce qu’ils ont appelé la « Nouvelle armée syrienne ».

Le même mois, Damas a déclaré que la puissance aérienne américaine avait été utilisée à de nombreuses reprises pour sauver des chefs terroristes de leur destruction imminente par l’armée syrienne et même pour lancer des attaques  « accidentelles  » contre les forces syriennes au fur et à mesure qu’elles avançaient contre les terroristes.

Dans le cas le plus récent qui s’est produit à la fin du mois de décembre, l’agence de presse syrienne SANA a rapporté que des hélicoptères américains ont évacué les dirigeants de Daesh de plusieurs régions de la province syrienne de Deir ez-Zor vers le nord-est du pays.

La coalition américaine a toutefois nié toutes les accusations.

Par  Alex Volikov
Sources : Fort-russ. Traduction : Avic – Réseau International

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*