Riposte balistique à l’attentat d’Ahvaz : L’Iran frappe à l’est de l’Euphrate

Les Gardiens de la Révolution iraniens (CGRI) ont annoncé lundi matin avoir attaqué à l’aide de « missiles balistiques » un « quartier général » de terroristes en Syrie en représailles à l’attentat ayant visé le 22 septembre la ville iranienne d’Ahvaz.

« Le quartier général des responsables du crime terroriste d’Ahvaz a été attaqué il y a quelques minutes à l’est de l’Euphrate par plusieurs missiles balistiques tirés par la branche aérospatiale des Gardiens de la Révolution », écrit l’armée d’élite de la République islamique sur son site internet officiel.

« Selon les premières informations, de nombreux terroristes takfiri et les chefs responsables du crime terroriste d’Ahvaz ont été tués ou blessés dans cette attaque aux missiles », ajoutent les Gardiens.

Les six missiles ont été de type « Zolfaghar » et « Qiam » et ils ont survolé l’Irak avant de frapper de plein fouet le QG des terroristes à Deir ez-Zor, affirme le communiqué. Les missiles Zolfaghar et Qiam sont d’une portée respective de 750 et de 800 kilomètres.

Lundi 22 septembre, un commando composé de cinq terroristes a attaqué un défilé militaire à Ahvaz, chef lieu de la province du Khouzistan au sud du pays, avant d’être neutralisé par les forces de l’ordre. Dans les heures suivant l’attaque qui a fait 24 victimes dont un enfant, une milice terroristes soutenue par Riyad et Abou Dhabi, du nom d’Al Ahwaziya a revendiqué le crime sur une chaîne de TV basée à Londres. La milice se paie le luxe d’avoir une entière liberté d’action en Europe surtout au Danemark, aux Pays-bas et en Grande-Bretagne dont les représentants ont été convoqués au ministère iranien des Affaires Etrangères.

Le lendemain de l’attentat, Al Amaq, site appartenant à Daech a publié une vidéo mettant en scène deux membres du commando terroriste précité. Les derniers éléments de l’enquête menée par les unités de renseignement plaident en faveur d’une opération combinée impliquant à la fois Daech et des éléments liés à Al Ahwaziya.

Le CGRI avait promis d’infliger une riposte « ferme » et « rapide » à « l’odieux crime » perpétré par les terroristes qui bénéficient du soutien des Etats-Unis, d’Israël et de l’Arabie saoudite. En 2017, le CGRI a pris pour cible le QG de Daech à l’est syrien en riposte à une double attaque terroriste à Téhéran. Le meurtre de 11 gardes frontières iraniens au mois de juin à Marivan à l’ouest de l’Iran a été également vengé par une frappe aux missiles visant le QG des terroristes du PDKI (proche du Pejak, NDLR) à Erbil.

Avec AFP + PressTV

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

*