Archives pour l'étiquette Japon

Crime contre l’Humanité – De nouvelles images inédites, filmées juste après le bombardement nucléaire étasunien à Hiroshima, dévoilées par l’armée russe

2048x1536-fit_homme-observe-ruines-ville-hiroshima-apres-explosion-bombe-atomique-6-aout-1945-1728x800_c

L’armée russe avait filmé quelques scènes des dévastations constatées juste après le bombardement de la ville japonaise par les Etats-unis en 1945. Continuer la lecture de Crime contre l’Humanité – De nouvelles images inédites, filmées juste après le bombardement nucléaire étasunien à Hiroshima, dévoilées par l’armée russe

Share

Hiroshima et Nagasaki : les témoignages des survivants

arton34591-eae4570 ans après que les États-Unis ont largué les bombes atomiques sur les villes japonaises d’Hiroshima et de Nagasaki, les historiens sont toujours divisés quant aux motivations réelles de cette décision.

Des dossiers récemment déclassifiés mettent en lumière une hypothèse selon laquelle les frappes atomiques ne répondaient pas à une nécessité militaire, mais à la volonté d’intimider l’URSS. Le reporter de RTD, Peter Scott va visiter les deux villes japonaises anéanties à l’époque par les bombes atomiques. Là, il se rendra au Mémorial des victimes et rencontrera des survivants du bombardement, encore hantés par leurs souvenirs. Il parlera également avec Clifton Truman Daniel, le petit-fils du président Truman, de l’héritage controversé de son grand-père.

Image de prévisualisation YouTube
Share

La bombe d’Hiroshima par Pierre Dortiguier

Hiroshima-Dortiguier-2

Je reprends l’article paru sur lelibrepenseur.org  touchant les réactions à la bombe d’Hiroshima. La citation du Père Jésuite Siemers doit faire savoir qu’Hiroshima, ville traditionnellement chrétienne, comme Nagasaki, abritait un hôpital et un Institut des Jésuites de la « Province de Germanie » dont le témoignage fut d’autant plus apprécié qu’ils purent faire état de nombreux Continuer la lecture de La bombe d’Hiroshima par Pierre Dortiguier

Share

Isolé, le G7 bégaye de nouvelles menaces contre la Russie

G7Les pays du G7 ont menacé lundi de durcir les sanctions contre la Russie dans le conflit ukrainien et ont sonné la mobilisation sur le climat, à l’issue d’un sommet de deux jours en Allemagne.

Les chefs d’État ou de gouvernement du G7 (États-Unis, Allemagne, Japon, France, Royaume-Uni, Italie, Canada) ont lié la durée des sanctions contre la Russie à « la mise en oeuvre intégrale des accords de Minsk » de février sur un cessez-le-feu en Ukraine et au « respect de la souveraineté » de Kiev.

« Ces sanctions pourront être levées dès lors que la Russie honorera ces engagements » ont-ils affirmé dans leur communiqué final. « Cependant, nous sommes également prêts à prendre d’autres mesures restrictives pour augmenter le coût pour la Russie si ses actions le rendent nécessaire », ont-ils averti.

Leur menace, à l’adresse de leur homologue russe, Vladimir Poutine, exclu du forum depuis l’annexion de la Crimée l’an dernier, intervient en pleine recrudescence des violences en Ukraine. Les autorités de Kiev ont affirmé lundi affronter une force de plus de 42 000 hommes appuyés par un demi-millier de chars dans l’est de ce pays.

« Le conflit dans l’est de l’Ukraine ne peut avoir de solution que politique sur la base des accords de Minsk », a martelé Angela Merkel.

M. Poutine « doit décider » a lancé le président américain : « Est-ce qu’il continue à mener son économie au naufrage et isoler la Russie […] pour retrouver la gloire de l’empire soviétique ou est-ce qu’il reconnaît que la grandeur de la Russie ne repose pas sur la violation » du territoire d’autres pays ?

Le conflit ukrainien a largement éclipsé l’agenda officiel du sommet, consacré lundi aux discussions sur le climat et la lutte contre le terrorisme, en présence de six chefs d’État ou de gouvernement d’Afrique et du Moyen-Orient, dont le président nigérian, Muhammadu Buhari, son homologue tunisien, Beji Caïd Essebsi, et le premier ministre irakien, Haider al-Abadi.

Les dirigeants du G7, unis dans « la lutte contre le terrorisme » ont exprimé leur solidarité envers ces trois pays.

Ils ont affiché leur soutien à la coalition internationale dirigée par les États-Unis contre les djihadistes d’État islamique (EI) en Syrie et en Irak et martelé leur « détermination à vaincre ce groupe terroriste et à lutter contre la propagation de son idéologie de haine ».

M. Obama a plaidé pour des efforts accrus afin de tarir le flot de djihadistes étrangers rejoignant la Syrie.

Inquiets du chaos en Libye, où EI progresse également, le G7 a appelé les autorités rivales à des « décisions politiques audacieuses » pour surmonter leurs divisions qui ont plongé ce pays dans la guerre civile.

Image de prévisualisation YouTube
Share

Les atrocités de l’occupation japonaise révélées par les archives chinoises

Les employés des archives de la province de Jilin (Nord-est de la RPC) ont marqué à leur manière le 69e anniversaire de la victoire dans la Seconde guerre mondiale. A la fin d’avril, ils ont rendu publics près de 100.000 documents datant de la Seconde guerre mondiale, qui témoignent des actes de cruauté de l’armée japonaise pendant l’occupation de l’Est de la Chine (1937-1945).

Continuer la lecture de Les atrocités de l’occupation japonaise révélées par les archives chinoises

Share

Il y a 69 ans, les États-Unis commettaient un second crime contre l’Humanité à Nagasaki

Trois jours après avoir lâché la première bombe atomique de l’histoire sur une ville, les États-Unis récidivaient en larguant le 9 août 1945 une seconde bombe sur Nagasaki.

Alors que Tokyo était encore dans le doute quant à la nouvelle qu’une seule bombe avait pu raser la ville d’Hiroshima le 6 août, un second bombardier B-29 Superfortress, surnommé « Bockscar » décollait des îles Mariannes avec à son bord, une arme atomique dénommée « Fatman ».

L’objectif est la ville de Kokura, mais les conditions météo dissuadèrent l’équipage de l’appareil, qui se rendit sur son second objectif : Nagasaki. En fin de matinée, l’avion larguait sa bombe au plutonium (différente du modèle utilisé à Hiroshima qui était à l’uranium).

Plus de 70 000 des 240 000 habitants de Nagasaki furent immédiatement pulvérisés par le feu nucléaire, au moins autant moururent des conséquences des radiations dans les mois suivants. Parmi les victimes, on dénombra 13 000 coréens, dont la plupart étaient des travailleurs forcés et 200 prisonniers de guerre alliés.

Le 15 août 1945, le Japon capitule.

Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées ce matin dans la ville martyre pour marquer le 69e anniversaire de ce sinistre épisode de la Seconde guerre mondiale.

Jusqu’à ce jour, seuls les États-Unis ont osé se livrer à un massacre nucléaire. Ils n’ont jamais exprimé aucun regret et aucun des maîtres de la Maison blanche n’est venu sur les lieux du crime de masse, ordonné par Harry Truman.

 Image de prévisualisation YouTube

Source:

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Il-y-a-69-ans-les-Etats-Unis-commettaient-un-second-crime-contre-l-Humanite-a-Nagasaki-27182.html

Share