Archives pour l'étiquette seconde guerre mondiale

3 juillet 1940… L’agression britannique sur Mers El-Kébir : 1927 marins français tués

« Le souvenir de ces morts dérange tout le monde parce que l’évènement échappe à la logique. Il est à part des tragédies de la guerre. Personne n’a intérêt à ce que l’on en parle trop » (Amiral Marcel Gensoul) Mers El-Kébir… le « Grand Port », mot composé arabe, évoque la mer, que ce lieu géographique essaie d’étreindre dans la tenaille, largement ouverte de sa rade, et l’installation portuaire que la France de la seconde moitié du XX° siècle y a créée (1928 – 1945)… Tour à Continuer la lecture de 3 juillet 1940… L’agression britannique sur Mers El-Kébir : 1927 marins français tués
Share

Quand les Normands ont sauvé la France de l’occupation US

image_module5647

Il y a une foule d’ouvrages sur le Débarquement mais, à côté de la bataille militaire, se jouait aussi la reconquête du pouvoir politique. Un aspect qui a donné lieu à moins de publications et qui a été même été quasiment ignoré en ce qui concerne l’action des réseaux normands pour éviter que l’armée de libération ne se transforme en armée d’occupation Continuer la lecture de Quand les Normands ont sauvé la France de l’occupation US

Share

Six millions de juifs avaient-ils disparu en 1945 ? Une impossibilité technique (3/3)

hqdefault

Dans ce dernier volet, Vincent Reynouard étudie tout d’abord le rendement des crématoires d’Auschwitz. Se fondant sur de la documentation technique d’époque, sur ses constatations faites dans un crématoire moderne et sur l’étude très fouillée de Carlo Mattogno et Franco Deana, il conclut qu’à Auschwitz, les Allemands ont pu mener 180 000 crémations environ.
Vincent Reynouard revient ensuite sur les « fosses de crémation ». A l’aide d’une nouvelle expérience qui a duré six heures et qu’il a menée dans son jardin, il démontre que les fosses décrites par les « témoins » n’auraient jamais pu servir pour se débarrasser des corps qu’auraient vomi en continu les prétendues « chambres à gaz » de Birkenau.

Plan de la vidéo :
I) Fours crématoires
– Une crémation par heure, environ, dans un creuset incinérateur
– Mettre deux ou quatre corps en même temps?
– Le « document Jährling » n’a aucune valeur
– Le véritablement rendement des fours crématoires d’Auschwitz
– Le nombre maximum de crémations à Auschwitz
– Pourquoi avoir construit des fours si puissants?
– Les véritables falsificateurs de l’Histoire
– Les Allemands auraient pu bâtir un crématoire vraiment efficace
– Conclusion sur les crématoires
II) Les fosses de crémation
– Position du problème
– Expérience et conclusion
III) Conclusion du quatrième épisode

Image de prévisualisation YouTube
Share

Six millions de Juifs avaient-ils disparu en 1945 ? Une impossibilité technique (2/3)

hqdefault

Dans cette deuxième partie, Vincent Reynouard pose la question suivante : les Allemands auraient-il pu faire disparaître les 3,8 millions de Juifs victimes des Einsatzgruppen et des trois « camps d’extermination » (Treblinka, Sobibor et Belzec) ? La thèse officielle le prétend. Elle affirme qu’à partir de la fin 1942, les Allemands auraient rouvert les fosses communes pour brûler les cadavres (ce fut l’Aktion 1005). Se fondant sur une abondante documentation et sur des précédents historiques, Vincent Reynouard démontre que jamais, en un an (ni même en deux), les Allemands n’auraient pu faire disparaître toutes ces preuves. Des cadavres par centaines de milliers resteraient, qu’il serait aisé de retrouver aujourd’hui.

Image de prévisualisation YouTube
Share

« Six millions » de Juifs avaient-ils disparu en 1945 ? (1/3)

hqdefault

Dans la première partie de ce quatrième volet de la série « Chambres à gaz, la rumeur du siècle », Vincent Reynouard répond à l’argument qui consiste à dire: « 5 ou 6 millions de Juifs manquaient en 1945. S’ils n’avaient pas été exterminés, qu’étaient-ils devenus? » En moins de 15 minutes, Reynouard rappelle que l’estimation des « six millions » ne repose sur rien d’autre qu’une déclaration sous serment faite en novembre 1945 par un collaborateur d’Adolf Eichmann et sur… un verset prétendument prophétique de l’Écriture juive (Lévitique, 25, 10). Voilà d’ailleurs pourquoi à Nuremberg, les procureurs alliés eux-mêmes n’y croyaient pas trop. Il fallut attendre les années 80 pour qu’un statisticien réfute cette estimation délirante. De nos jours d’ailleurs, les historiens se font plus discrets…

Image de prévisualisation YouTube
Share

Crime contre l’Humanité – De nouvelles images inédites, filmées juste après le bombardement nucléaire étasunien à Hiroshima, dévoilées par l’armée russe

2048x1536-fit_homme-observe-ruines-ville-hiroshima-apres-explosion-bombe-atomique-6-aout-1945-1728x800_c

L’armée russe avait filmé quelques scènes des dévastations constatées juste après le bombardement de la ville japonaise par les Etats-unis en 1945. Continuer la lecture de Crime contre l’Humanité – De nouvelles images inédites, filmées juste après le bombardement nucléaire étasunien à Hiroshima, dévoilées par l’armée russe

Share

Le 9 mai et le rôle décisif de l’URSS dans la victoire contre le nazisme

imagesmaiAvec le temps et un bon travail de manipulation de masse, la conscience collective est habilement « corrigée », permettant de réécrire l’histoire. Selon un récent sondage réalisé en Europe et aux Etats Unis, 15% des personnes interrogées estiment que l’URSS a joué un rôle décisif dans Continuer la lecture de Le 9 mai et le rôle décisif de l’URSS dans la victoire contre le nazisme

Share

3 septembre 1939 : une guerre antidémocratique, illégale et suicidaire (Les véritables…, -4)

hqdefault

Dans cette vidéo, Vincent Reynouard démontre que sur le plan du Droit international, du Droit constitutionnel, de la morale et des faits, la France ne devait pas, ne pouvait pas déclarer la guerre à l’Allemagne le 3 septembre 1939.
**
Plan de la vidéo
– 1°) Un traité d’assistance mutuelle qui était caduc
– 2°) La Pologne avait elle-même déchiré le pacte du 19 février 1921
– 3°) Un autre argument de Droit démontrant que la France pouvait reprendre sa parole
– 4°) L’ultime argument belliciste : « Il fallait stopper Hitler »
– 5°) Une guerre antidémocratique, illégale et suicidaire

Image de prévisualisation YouTube
Share