Une Israélienne qui a combattu en Syrie nie travailler avec Maman pour libérer les Yazidis

P1020332-e14370505397391-635x357

Gill Rosenberg explique que Steve Maman a utilisé son nom pour promouvoir les efforts pour sauver les Yézidis des mains de l’Etat islamique

La militante israélo-canadienne Gill Rosenberg nie les rapports publiés mardi selon lesquels elle travaille pour l’homme d’affaires canadien Steve Maman dans sa tentative de sauver les femmes et les filles yazidies des mains de l’État islamique (EI), indiquant que Maman utilisait son nom pour son auto-promotion.

Dans un entretien téléphonique avec le Times of Israel depuis l’extérieur de la ville nord de l’Irak de Kirkouk, Rosenberg dit que Maman l’a mise dans un avion en direction de l’Irak le mois dernier pour observer ses activités là-bas, et a même envisagé de se joindre au projet de libération des enfants chrétiens et yazidis d’Irak (CYCI) , mais elle a été déçue par le caractère des passeurs impliqués.

« Je suis une cible de trop grande valeur pour être impliquée dans cela », dit-elle. « Ces courtiers avec lesquels ils travaillent vendraient leurs propres enfants pour cinq dollars. Je ne voudrais pas placer ma vie entre leurs mains. »

Maman, un homme d’affaires juif de Montréal et père de six enfants, affirme que son ONG a réussi à négocier la libération de près de 130 femmes et filles à partir des zones contrôlées par l’EI en Irak au cours des derniers mois, en utilisant un réseau de contacts en Syrie et en Irak pour acheter leur libération.

Cependant, son effort a été récemment critiqué par un groupe de Yazidis en Irak et Rosenberg remet en question les méthodes du CYCI.

Maman n’était pas disponible pour faire des commentaires.

Rosenberg, qui a fait le buzz pour avoir rejoint une milice kurde pour lutter contre l’État islamique avant de retourner en Israël plus tôt cette année, nie avoir jamais été employée par le CYCI.

« Je veux prendre une direction différente »

« J’ai participé à un sauvetage d’enfants yazidis avec la CYCI la semaine dernière en tant qu’invitée, mais c’est la seule chose que j’ai faite avec eux », dit-elle. « Je crois vraiment qu’il [Maman] veut aider les gens ici, et qu’il le fait, mais je veux prendre une direction différente. »

Rosenberg a déclaré que le CYCI paie des trafiquants d’êtres humains pour « voler » des femmes et enfants chrétiens et yazidis des mains de l’État islamique au nord de l’Irak.

« Steve [Maman] m’a contactée et m’a parlé du travail qu’il faisait, il m’a dit qu’il a déjà libéré 120 personnes et qu’il voulait que je le voie par moi-même sur le terrain », dit-elle. « Je suis revenue [en Irak] il y a environ deux semaines et demie. »

Rosenberg dit que Maman n’avait pas de rôle spécifique à lui offrir dans la libération des Yazidis. « Un autre journaliste et moi-même étions dans certaines des photos avec des personnes libérées, nous avons passé un peu de temps avec une famille réunie. Le tout a pris peut-être 45 minutes ou une heure. »

Steve Maman serre la main du Premier ministre canadien Stephen Harper. (Courtoisie : Steve Maman)

Steve Maman serre la main du Premier ministre canadien Stephen Harper. (Courtoisie : Steve Maman)

« Il semble que Steve [Maman] publie mon nom, associé avec le CYCI. Je ne fais pas partie de l’organisation. Ils ont une équipe ici sur le terrain, et je n’en fais pas partie… Je lui ai demandé de ne pas utiliser mon nom, mais il continue de le publier dans les médias. C’est problématique. »

Plus de questions

Rosenberg n’était pas la seule à remettre en question les actes de Maman en Irak.

Rosenberg déclare qu’elle a l’intention de retourner bientôt en Israël, après avoir visité la ligne de front et quelques vieux amis rencontrés pendant le temps qu’elle a passé comme combattante avec une milice assyrienne au début de l’année

0.00 avg. rating (0% score) - 0 votes
Share